DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Basket: la NBA à Dakar pour faire éclore des talents féminins africains

Vous lisez:

Basket: la NBA à Dakar pour faire éclore des talents féminins africains

Taille du texte Aa Aa
Une vingtaine de jeunes basketteuses sélectionnées dans huit pays africains participent jusqu'à dimanche à Dakar au tout premier camp d'entraînement féminin organisé sur le continent par la prestigieuse ligue américaine de basket NBA, ont constaté des journalistes de l'AFP. La "NBA Academy Africa" a établi ses quartiers depuis jeudi sur le parquet du stade Marius N'Diaye, au coeur de la capitale sénégalaise. Les jeunes joueuses, âgées de moins de 17 ans, sont encadrées par les Américaines Ruth Riley (double championne WNBA et championne olympique à Athènes en 2004) et Jennifer Azzi (championne olympique à Atlanta 1996) et les anciennes internationales Hamchétou Maïga-Ba (Mali), Astou Ndiaye (Sénégal) et Clarisse Machanguana (Mozambique). "C'est juste beaucoup de travail. On doit travailler chaque jour. Le basket est un sport répétitif donc on ne peut pas se relâcher", a expliqué vendredi à l'AFP la Sénégalaise Binata Diatta, 15 ans, après une session d'entraînement. "J'ai appris que quand tu tombes, tu dois te relever. Tu ne peux pas arrêter de travailler. Tu dois être motivée et déterminée", raconte la jeune fille. Ce camp est le fruit d'une collaboration, lancée en mai 2017, entre un programme sénégalais d'éducation par le sport, le Seed project, et la NBA Academy, qui s'adresse aux meilleurs espoirs du basket masculin et féminin en dehors des Etats-Unis. Des stages similaires sont prévus en Australie, en Chine et en Inde fin 2018. Lydie Mwamba, 15 ans, souligne que les filles s'entraînent "rarement" dans son pays, la République démocratique du Congo, parce qu'il y a "trop de guerres". "Si une Congolaise va jouer ailleurs, elle peut devenir professionnelle, mais pas au Congo", a-t-elle ajouté, en se disant "vraiment impressionnée et heureuse d'avoir été choisie pour venir jouer à l'académie NBA". "J'ai vu le progrès, notamment pour les jeunes femmes. Quand on les regarde, elles ont soif d'apprendre. Elles aiment que l'on soit ici et que l'on croit en elles", explique Ruth Riley. "Nous voulons qu'elles quittent le terrain non seulement avec des connaissances supplémentaires en basket, mais aussi qu'elle aient compris que c'est un moyen d'acquérir une éducation, d'avoir une vie meilleure. Qu'elles quittent le terrain en étant des femmes courageuses et qui ont confiance en elles", ajoute l'ex-championne américaine.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.