DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grève SNCF : une "journée sans cheminots" et une consultation nationale

Vous lisez:

Grève SNCF : une "journée sans cheminots" et une consultation nationale

Grève SNCF : une "journée sans cheminots" et une consultation nationale
@ Copyright :
REUTERS/Christian Hartmann
Taille du texte Aa Aa

Une journée "zéro train" et "sans cheminots"... ou presque, c'est l'objectif affiché des syndicats qui entament leur 18ème jour de grève ce lundi.

Le trafic sera très perturbé partout en France, avec en moyenne un train sur trois, TGV, TER et Transiliens confondus.

Après une grève moins suivie à cause des vacances et des ponts du mois de mai, les cheminots veulent prouver que la mobilisation ne s'essouffle pas.

"Arriver à six jours de grève, avec des taux supérieurs à 25%, ça reste historique.La motivation, elle est toujours présente. Je pense que le corps cheminot a bien compris les enjeux de cette réforme et qu'ils ne sont pas prêts de céder même au 18ème jour de grève. Ils sont toujours aussi motivés pour aller jusqu'au bout", assure Yoann Drelich, représentant de la CFDT-Cheminots (Rhône-Alpes).

A partir de ce lundi et durant une semaine, les cheminots sont invités à se prononcer sur la réforme du rail à l'appel de l'intersyndicale.

Consultation nationale des cheminots sur la réforme

Baptisée la "vot'action", cette consultation nationale se fera par le biais d'urnes fixes et d'urnes mobiles pour tenter de récolter l'avis des non-grévistes également.

La question : "Êtes-vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ?"

"La consultation démontrera très certainement que, contrairement à ce qu'a dit Guillaume Pépy, il n'y a pas 80% des cheminots qui sont d'accord avec la réforme, bien loin de là. Et la prochaine étape, on la décidera à l'intersyndicale en fonction des résultats", explique Yoann Drelich.

Cette neuvième séquence de grève s'ouvre dans un contexte tendu alors qu'une note de travail interne de la SNCF a fuité dans la presse ce weekend. Le document ouvre une brèche pour une possible privatisation de l’entreprise. La SNCF et le ministère des Transports ont démenti cette information.