DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Mondial-2030 du centenaire doit se jouer en Amérique du sud, selon le président de la Conmebol

Vous lisez:

Le Mondial-2030 du centenaire doit se jouer en Amérique du sud, selon le président de la Conmebol

Le Mondial-2030 du centenaire doit se jouer en Amérique du sud, selon le président de la Conmebol
Taille du texte Aa Aa
Réélu vendredi à la présidence de la Confédération sud-américaine de football (Conmebol), le Paraguayen Alejandro Dominguez plaide pour que le Mondial du centenaire en 2030 revienne aux racines, en Amérique du sud, dans un entretien exclusif accordé à l'AFP après le scrutin. Quel est le principal objetif de votre second mandat? "Le développement du football, pour qu'il soit plus compétitif. Au cours des deux premières années, nous avons jeté les fondations d'une nouvelle organisation. J'aimerais que cela se fasse rapidement, mais cela prend du temps. D'ici 4 ans, le football sud-américain doit faire un grand saut en avant. D'un point de vue qualitatif et économique. Il y a 20 ans, l'Amérique du sud était devant au nombre de titres mondiaux pour les clubs. Voici 20 ans, l'UEFA a changé le format de ses compétitions (Ligue des champions, Europa League), élevant le niveau des clubs. Ils ont identifié les problèmes et apporté les bonnes solutions. Les résultats sont positifs. L'Amérique du sud a oublié de le faire et dit repartir de zéro, cela va prendre du temps. Par chance, les joueuses et les joueurs émergent naturellement." Les joueurs sud-américains s'exilent à un très jeune âge, comment freiner ce phénomène? "Il est primordial de comprendre la raison. Nous devons générer des ressources pour que les clubs puissent les retenir. C'est important d'aller de l'avant sur un plan économique. Messi aurait joué en Amérique du sud si la Conmebol avait mené une autre politique, et redistribué plus d'argent aux clubs." L'attribution en juin du Mondial-2026 aux Etats-Unis, au Mexique et au Canada, pourrait avoir un effet négatif sur la candidature Uruguay-Argentine-Paraguay pour l'édition du centenaire, en 2030? "Je suis convaincu que la capitale du football, c'est l'Amérique du sud. Il est important de ne pas oublier l'histoire. Le Mondial s'est joué pour la première fois en Amérique du sud. C'est la responsabilité de la Fifa et de toutes les Confédérations de revendiquer l'histoire. Si l'Amérique du sud assume sa responsabilité et s'en montre capable, le Mondial doit se jouer en Uruguay, en Argentine et au Paraguay. Je ne crois pas que le fait que la Concacaf accueille le Mondial en 2026 soit un obstacle, car nous sommes des confédérations différentes." Quel regard portez-vous sur le projet d'élargissement du Mondial des clubs et de Ligue des nations? "La proposition de Ligue des nations est bonne, la Conmebol la soutient. C'est bon pour les sélections et cela va apporter plus de revenus. Le Mondial des clubs, c'est intéressant. Plus il y aura de clubs sud-américains, meilleure sera la compétition." Les sélections sud-américaines ont une belle carte à jouer en Russie... "L'Amérique du sud arrive toujours en force au Mondial. Deux équipes sud-américaines pourraient s'affronter en finale du Mondial. Si on regarde le passé et les équipes sud-américaines parvenues en finale, certaines n'étaient pas parmi les favoris au début de la compétition et elles y sont parvenues." Propos recueillis par Alexandre Peyrille
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.