DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sur les routes cahoteuses des Balkans de l'Ouest

Vous lisez:

Sur les routes cahoteuses des Balkans de l'Ouest

Sur les routes cahoteuses des Balkans de l'Ouest
Taille du texte Aa Aa

Dans les Balkans de l'Ouest, la route vers le développement économique est semée d'embûches.

Toutes les statistiques l'ont démontré : l'une des plus grandes faiblesses de la région, c'est justement la médiocrité de ses infrastructures de transports. Ce sera d'ailleurs un sujet largement discuté lors du Sommet des Balkans à Sofia.

Ivica Nedelkov, chauffeur de poids lourds, a traversé des centaines de milliers de kilomètres à travers l'Europe.

"Sur une échelle de 1 à 5, nos routes sont à 1. Ailleurs en Europe, les routes nationales sont bien meilleures que nos routes des Balkans pleines de trous", se plaint le routier.

En Macédoine, des cyclistes français venus découvrir la région ont, eux aussi, perçu la différence.

"C'est vrai que des fois ça peut être dangereux quand il n'y a pas de place pour doubler, les tunnels parfois ne sont pas éclairés. Après on essaie de maximiser les trajets sur les petites portions à l'air libre", explique Guillaume.

Le contrôle aux frontières : un frein supplémentaire

Au delà de la qualité des routes, le système de barrières aux frontières pose également problème.

"Attendre, 5, 6, 7 ou 8 heures pour passer une frontière de 500 mètres, c'est absurde. Et il faut compter le même temps si on veut la traverser à pied", souligne Ivica Nedelkov.

Pour lui, la crise migratoire en Europe a également créé des situations problématiques pour les routiers :

"J'ai des collègues qui ont reçu des amendes de 2000 ou 3000 euros alors qu'ils n'avaient rien fait. Lors d'un contrôle aux frontières, les Croates ont trouvé des migrants dans leurs camions et ils les ont puni pour ça. C'est insensé, ce n'était pas de leur faute."

Entre les problèmes d'infrastructures et les difficultés de circulation, les transporteurs des Balkans sont à la traîne au sein du marché européen.

"Tous ces problèmes qu'on a en Macédoine, que ce soit pour les infrastructures de transports comme pour les autres secteurs économiques, cela freine vraiment notre expansion et cela nous empêche de nous développer à l'échelle de l'Europe", explique Biljana Muratovska, de la Fédération des transporteurs.

Voilà l'un des défis de l'intégration européenne : proposer une circulation efficace des personnes, des biens et des idées. Le succès de cette mission passe sans aucun doute par l'amélioration des infrastructures routières dans les Balkans de l'Ouest.