DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cuba: probablement plus de 100 morts dans le crash d'un Boeing à La Havane

Vous lisez:

Cuba: probablement plus de 100 morts dans le crash d'un Boeing à La Havane

Cuba: probablement plus de 100 morts dans le crash d'un Boeing à La Havane
Taille du texte Aa Aa
Un avion opérant un vol intérieur cubain, avec 104 passagers et six membres d'équipage mexicains à bord, s'est écrasé vendredi peu après son décollage à La Havane, ne laissant que trois survivants dans un état critique. L'appareil, un Boeing 737 opéré par la compagnie Cubana de Aviacion, s'est écrasé dans une zone non habitée près de l'aéroport international José Marti, dans le sud de la capitale. Il devait assurer la liaison entre La Havane et Holguin, à environ 670 km à l'est. "Un regrettable accident aérien est survenu. Les nouvelles ne sont pas encourageantes, il semble qu'il y ait un nombre élevé de victimes", a déclaré à l'AFP le président cubain Miguel Diaz-Canel, arrivé très rapidement sur le site de l'accident. La télévision d'Etat n'a pour l'instant mentionné que trois survivants, hospitalisés "dans un état critique" à la clinique Calixto Garcia de La Havane. D'autre médias officiels ayant initialement compté cinq survivants reprennent désormais le même bilan. La directrice du transport aérien Mercedes Vazquez a précisé que l'appareil, un Boeing 737-200, était loué par Cubana de aviacion à la compagnie mexicaine Global Air, également connue sous le nom de Aerolineas Damojh. Dans un communiqué publié à Mexico, cette compagnie a précisé que l'avion avait à son bord 104 passagers et six membres d'équipage mexicains, dont deux commandants, trois hôtesses et un technicien. Plusieurs médias d'Etat ont indiqué que la majorité des passagers étaient cubains, mais sans donner de chiffres précis. De leur côté, les autorités argentines ont annoncé que deux de leurs ressortissants figuraient parmi les victimes. L'avion s'est écrasé dans un champ de patates douces après avoir traversé une aire boisée à proximité de l'aéroport, à environ 200 mètres de zones habitées, a constaté un journaliste de l'AFP, qui a pu observer que l'appareil avait été presque entièrement détruit. La télévision d'Etat a montré des secouristes évacuant des passagers aux vêtements déchirés et ensanglantés sur des brancards. Un cordon de policiers a été mis en place à une centaine de mètres des débris, tandis que pompiers et secouristes continuaient de s'affairer plusieurs heures après l'accident survenu à 12H08, heure locale (16h08 GMT), selon les autorités. Selon le président cubain, l'aéroport est resté ouvert malgré l'accident. - Deuil national - "J'étais en train de vendre de la bière et du pain lorsque tout à coup, on a vu l'avion basculer et tomber. Nous étions tous stupéfaits", a déclaré à l'AFP Jose Luis, un employé de 49 ans qui travaille dans un petit supermarché situé à 300 mètres du site du drame. Plusieurs médecins, comme Jose Luis Castellano, se sont spontanément rendus sur les lieux pour prêter main forte aux secouristes. "C'est très douloureux d'arriver ici et de voir les cadavres, ces gens. C'est impressionnant, très impressionnant", commentait ce dernier à l'AFP. "Les corps sont en train d'être identifiés. Le ministère des Transports a mis en place une commission pour enquêter sur les faits et maintenant (...) nous allons lancer toutes les investigations pertinentes et nous communiquerons les informations à la population dès que nous les obtiendrons", a déclaré le président cubain. Un numéro d'urgence a été ouvert pour les proches des passagers et de l'équipage et plusieurs hôpitaux ont été mis en état d'alerte immédiatement après l'accident, a indiqué le quotidien Granma. Arrivés sur les lieux de l'accident à bord de trois autocars, les proches des victimes ont été conduits à l'écart des journalistes, dans un bâtiment de l'école d'aviation Fernando Alvarez. Un deuil national a été décrété pour samedi et dimanche par les autorités. Dans la foulée de la catastrophe, des messages de condoléances ont afflué, notamment de la part des gouvernements mexicain, colombien, vénézuélien, mais aussi russe, espagnol et français, ont rapporté les médias locaux. Le précédent crash survenu à Cuba date d'avril 2017, lorsqu'un avion de transport des Forces armées de fabrication russe s'était écrasé avec huit hommes à son bord dans une région montagneuse de l'ouest. En 2010, un ATR-72 de la compagnie cubaine Aerocaribbean reliant Santiago à La Havane était tombé dans le centre de l'île, provoquant la mort de 68 personnes, dont 28 étrangers.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.