DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Turquie: le parti prokurde demande à la cour constitutionnelle de libérer Demirtas

Vous lisez:

Turquie: le parti prokurde demande à la cour constitutionnelle de libérer Demirtas

Turquie: le parti prokurde demande à la cour constitutionnelle de libérer Demirtas
Taille du texte Aa Aa
Les dirigeants du principal parti prokurde de Turquie ont appelé vendredi la cour constitutionnelle à ordonner au plus vite la libération de son candidat à la présidentielle de juin, Selahattin Demirtas, lors d'un rassemblement de campagne près de sa prison. "La cour constitutionnelle doit au plus vite s'emparer de ce dossier, et en tenant compte des droits électoraux et d'éligibilité, ordonner la libération" de M. Demirtas, a déclaré à la presse le co-président du Parti démocratique des peuples (HDP) Sezai Temelli. "Sinon, ce système, qui vit déjà une crise de légitimité, va s'enfoncer dans une crise bien plus profonde", a-t-il mis en garde, parlant à la presse à 3 kilomètres de la prison d'Edirne où est détenu M. Demirtas, lors d'un rassemblement qui a réuni une cinquantaine de personnes. Le HDP a désigné M. Demirtas comme candidat à la présidence face au président sortant Recep Tayyip Erdogan lors du scrutin anticipé du 24 juin, bien qu'il soit détenu depuis novembre 2016, notamment sous l'accusation de "diriger une organisation terroriste" et de "propagande terroriste". Après le rejet par plusieurs tribunaux des demandes de libération de son candidat, le HDP a déposé un recours vendredi auprès de la cour constitutionnelle. "La cour constitutionnelle a la capacité de prendre une décision au sujet de cette requête en quelques jours", a tweeté l'un des avocats de M. Demirtas, Mahsuni Karaman, jeudi. "Nous espérons qu'elle le fera, et apposera sa signature sur une décision qui éclairera cet obscur environnement politique", a-t-il ajouté. Les autorités turques accusent le HDP d'être la vitrine politique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée "terroriste" par la Turquie, l'Union européenne et les Etats-Unis. Mais le parti, troisième formation au Parlement, rejette ces allégations, affirmant être visé en raison de sa ferme opposition au président Erdogan.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.