DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sécurité: quand Roland-Garros veut parer à une éventuelle crise

Vous lisez:

Sécurité: quand Roland-Garros veut parer à une éventuelle crise

Sécurité: quand Roland-Garros veut parer à une éventuelle crise
Taille du texte Aa Aa
En ces temps de menace terroriste, le tournoi de Roland-Garros veut se tenir prêt. C'est pourquoi les organisateurs ont testé leur dispositif de sécurité lors d'une simulation de crise quelques jours avant la 117e édition, qui s'ouvre ce dimanche. Au menu, trois scenarii avec mouvement de foule aux portes du complexe, incendie dans le parking du court Suzanne-Lenglen (10.000 places) et prise d'otages. Le tout avec de multiples figurants qui jouaient leur propre rôle: journalistes, pompiers, membres de l'organisation, policiers de la BRI (Brigade de recherche et d'intervention), plus communément appelé l'Antigang, et un préfet, Marc Meunier, secrétaire général de la zone de défense et de sécurité de Paris. "Roland-Garros dispose d'équipes de sécurité importantes et compétentes mais rien ne vaut une mise en situation. On met en place un scénario attentat qui permet aux uns et aux autres de s'entraîner individuellement mais également de travailler la coordination entre les différents intervenants, les services de police, de sapeur-pompiers et les organisateurs. Renforcer la coordination, c'est l'atout majeur de ce genre d'exercice", explique ce dernier. Ce type de simulation est régulièrement mis en place avant les grandes manifestations sportives. A Roland-Garros, la simulation a duré environ de 3 à 4 heures sous la supervision d'une société spécialisée dans la gestion de crise. Pas simple de rendre l'exercice le plus proche possible de la réalité... Mais au moins les équipes ont pu se tester. "On est dans un contexte qui fait des événements sportifs des cibles potentielles. Il faut être entraînés et prêts à faire face à toute éventualité", souligne Bernard Giudicelli, le président de la Fédération française de tennis (FFT), qui chapeaute le tournoi, un peu plus étendu cette année dans la cadre du chantier de modernisation. "L'extension du stade ne pose pas une problématique supplémentaire. Ce qui est important, c'est qu'il soit ceint dans un périmètre et que celui-ci soit organisé avec des points de passage obligatoires qui permettent d'effectuer des contrôles", explique-t-il. A la Porte d'Auteuil, les spectateurs sont contrôlés à trois reprises avant leur entrée dans le stade, avec, contrôle des billets, passage au détecteur de métaux, fouilles corporelles et dans les sacs. Environ 600 personnes sont mobilisés spécialement pour la sécurité. A cela s'ajoutent les forces de l'ordre qui interviennent autour du complexe sportif.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.