DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Athlétisme: Lyles prend du galon à Eugene

Vous lisez:

Athlétisme: Lyles prend du galon à Eugene

Athlétisme: Lyles prend du galon à Eugene
Taille du texte Aa Aa
L'Américain Noah Lyles a marqué les esprits avec sa démonstration sur 200 m et un retentissant chrono de 19 sec 69/100e lors de la 2e journée de la réunion d'Eugene (Oregon), comptant pour la Ligue de diamant d'athlétisme. A 20 ans, Lyles est déjà sur les talons de Justin Gatlin, ou, pour être tout à fait précis, à seulement 1/100e du record du meeting détenu par son illustre et controversé aîné et à 12/100e de son record personnel (19.57). En l'absence de Gatlin, touché aux ischio-jambiers, et de l'autre pépite du sprint américain Christian Coleman qui a préféré se concentrer sur le 100 m, Lyles a fait une démonstration sur le demi-tour de piste. Pourtant parti au couloir N.7, à l'aveugle, il a dominé de bout à bout la course et s'est offert un nouveau record personnel grâce à un vent tout juste à la limite autorisé (2,0 m/s), devant le Trinidéen Jereem Richards (20.05) et le Canadien Aaron Brown (20.07). Un chrono qui l'a placé en tête du bilan annuel à égalité avec le Sud-Africain Clarence Munyai: "Les autres vont devoir s'y habituer, je suis là pour dominer", a insisté Lyle, champion du monde juniors du 100 m en 2016. "Pour être franc, je suis moi-même surpris, je ne pensais pas que j'allais courir si vite, si tôt dans la saison", a-t-il admis. - Coleman battu mais satisfait - Coleman, lui, a dû se contenter de la deuxième place sur 100 m derrière un autre Américain, Ronnie Baker, vainqueur en 9 sec 78/100e avec un vent trop favorable pour lui donner la meilleure performance mondiale de l'année (+2,4 m/s) qu'il co-détient avec son compatriote Jaylen Bacon (9.97). Sa rentrée sur sa distance de prédilection n'a pas déçu Coleman, vice-champion du monde du 100 m derrière Gatlin l'été dernier à Londres et N.1 au classement annuel sur la distance-reine en 2017 (9.82). "Je suis plutôt satisfait, c'était ma première course de l'année (en extérieur), je l'avais abordé avec un petit souci à une jambe", a-t-il rappelé. L'autre rendez-vous très attendu de la journée, l'explication entre Elaine Thompson et Tori Bowie sur 100 m, a viré au flop. Toutes deux mal parties, elles ont été dominées par les Ivoiriennes Marie-Josée Ta Lou (10.85), 2e meilleur chrono de l'année, et Murielle Ahoure (10.90). Thompson, championne olympique des 100 et 200 m à Rio en 2016, a arraché la 3e place (10.98), tandis que Bowie, 5e (11.03), a fini sa course en se tenant la cuisse droite et la championne du monde en titre a quitté la piste soutenue par deux secouristes. - MPM pour Semenya - Sur 400 m, la championne olympique en titre, la Bahaméenne Shaunae Miller-Uibo n'a pas fait de détails avec son chrono de 49 sec 52/100e, meilleure performance mondiale de l'année. Elle a relégué l'Américaine Phyllis Francis, championne du monde en titre, à plus d'une seconde (50.81), tandis qu'Allyson Felix a déclaré forfait en dernière minute, sans donner de raison. Sans surprise, la Sud-Africaine Caster Semenya a dominé le 800 m, dont elle est la double championne olympique en titre: elle a amélioré son propre chrono de référence en 1 min 55 sec 92/100e. Le roi du 110 m haies, le Jamaïcain Omar McLeod, s'est imposé en 13 sec 01/100e avec un vent nettement favorable (+3 m/s) sur un stade légendaire de l'athlétisme américain qui va être en partie détruit et rénové en vue des Mondiaux 2021. Au lendemain de la déconvenue (5e) du détenteur du record de monde de saut à la perche (6,16 m) Renauld Lavillenie, perturbé par les brusques changements de direction du vent, un seul Français était en lice samedi: Jean-Marc Pontvianne a terminé 9e (15,66 m) du concours de triple-saut remporté par l'Américain Christian Taylor (17,73 m).
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.