DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Liège: un homme radicalisé tue trois personnes dont deux policières

Vous lisez:

Liège: un homme radicalisé tue trois personnes dont deux policières

Liège: un homme radicalisé tue trois personnes dont deux policières
Taille du texte Aa Aa
Un homme radicalisé, dont l'objectif était d'attaquer la police, a tué trois personnes dont deux policières attaquées au couteau, avant d'être abattu, mardi à Liège, dans l'est de la Belgique, un acte qualifié de "terroriste" par la justice belge. Après ce triple homicide commis sur une grande artère de la cité francophone, l'homme identifié par les médias comme Benjamin Herman, un délinquant multirécidiviste né en 1982, a brièvement pris en otage une employée d'un groupe scolaire, entraînant l'évacuation des élèves, selon les autorités. Aucun enfant n'a été blessé. L'enquête a été confiée à un juge d'instruction antiterroriste, et le parquet fédéral doit donner des précisions sur ses premiers éléments mercredi matin lors d'une conférence de presse. Dans un tweet, le Premier ministre belge Charles Michel a dénoncé une "violence lâche et aveugle". "Des éléments vont dans la direction d'un acte terroriste", a simplement indiqué à l'AFP Eric Van Der Sypt, porte-parole du parquet fédéral. Dans une vidéo amateur, on entend clairement l'assaillant crier "Allah Akbar" en marchant, ce qu'aucune source officielle n'a voulu confirmer mardi. Et l'auteur des images lui répond "Fous-moi le camp" ainsi que des insultes. Dans une autre vidéo amateur, le tireur semble crier "Allah Akbar" ("Dieu est grand") en s'en prenant aux policiers. S'ensuit une courte et intense fusillade, à l'issue de laquelle l'homme gît au sol. Des images diffusées par la chaîne privée RTL ont montré l'assaillant abattu étendu sur un trottoir, habillé de noir, avec des baskets blanches, face contre terre. La fusillade s'est produite vers 10h30 (08H30 GMT). L'assaillant a d'abord porté de "multiples coups de couteau" aux deux policières "agressées par l'arrière", avant de s'emparer de leurs armes de service pour les abattre, a raconté devant la presse le procureur de Liège, Philippe Dulieu. - Contact islamiste - Après avoir subtilisé les armes, utilisées ensuite contre les policières, il a aussi tué une troisième fois en faisant feu contre un homme de 22 ans passager d'une voiture garée à proximité. Décrit comme un délinquant plusieurs fois condamné pour vols, coups et blessures ou trafic de stupéfiants, Benjamin Herman était incarcéré depuis 2003 mais en permission de sortie lorsqu'il est passé à l'acte mardi. Il avait déjà bénéficié d'une vingtaine de congés pénitentiaires qui s'étaient bien déroulés, d'après le ministre belge de la Justice Koen Geens cité par l'agence de presse Belga. Selon une source proche de l'enquête jointe par l'AFP, Benjamin Herman était toutefois fiché par la police pour avoir été en contact, lors d'un séjour à la prison de Lantin (est), avec un détenu islamiste, et s'être radicalisé. Il était dans "une fuite en avant" après avoir "commis un meurtre la nuit dernière" à On, entre Marche et Rochefort (sud), a aussi dit cette source. Selon les médias locaux, un toxicomane de 30 ans a été retrouvé mort à son domicile à On, probablement tué avec un marteau. Mais le parquet de la province belge de Luxembourg, compétent sur cette zone, s'est refusé à établir un lien "à ce stade" avec la tuerie de Liège. "Il est clair que l'objectif de l'assassin était de s'en prendre à la police", a déclaré de son côté le chef de la police de Liège Christian Beaupère, lors d'une conférence de presse en fin d'après-midi. Il a précisé que quatre policiers avaient été blessés aux bras et aux jambes lors de l'échange de tirs qui a suivi la prise d'otage. L'un d'eux a été atteint à l'artère fémorale. La Belgique, frappée par des attentats jihadistes qui ont fait 32 morts le 22 mars 2016, a été depuis le théâtre de plusieurs agressions contre des militaires ou des policiers. La dernière attaque considérée comme "terroriste" s'est produite le 25 août 2017 : un homme de 30 ans d'origine somalienne a agressé des soldats au couteau, blessant légèrement un d'eux, en criant "Allah Akbar" en plein coeur de Bruxelles. Il a été abattu. Mais la tuerie de mardi rappelle surtout l'attaque du 6 août 2016 à Charleroi (sud), quand un Algérien vivant en Belgique s'en était pris avec une machette à deux policières devant l'hôtel de police aux cris de "Allah Akbar". Les policières avaient été blessées au visage et au cou, et l'assaillant abattu. Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) avait revendiqué cette attaque. Consulté mardi, l'Ocam, l'organisme chargé d'évaluer la menace terroriste en Belgique, a décidé de maintenir inchangé le niveau 2 correspondant à une menace jugée "peu vraisemblable". Le niveau qui était fixé depuis trois ans à 3 (menace "possible et vraisemblable") -- voire ponctuellement 4 (menace "imminente") -- avait été abaissé en janvier.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.