DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le chaos en Libye depuis la chute de Kadhafi

Vous lisez:

Le chaos en Libye depuis la chute de Kadhafi

Taille du texte Aa Aa
La Libye, où des autorités rivales, à Tripoli et dans l'Est, se disputent le pouvoir, a sombré dans le chaos après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011. - Kadhafi tué - En février 2011, dans le sillage du Printemps arabe, une contestation violemment réprimée débute à Benghazi (est), avant de s'étendre. En mars, une coalition emmenée par Washington, Paris et Londres, lance une offensive après un feu vert de l'ONU. Le 20 octobre, Kadhafi, en fuite depuis août et la prise de son QG à Tripoli par les rebelles, est tué dans le dernier assaut contre sa région d'origine, Syrte, à l'est de Tripoli. Le 23 octobre, le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, proclame la "libération totale" du pays. En août 2012, le CNT remet ses pouvoirs au Congrès général national (CGN, Parlement) élu un mois plus tôt. - Groupes radicaux - Le 11 septembre 2012, quatre Américains, dont l'ambassadeur Christopher Stevens, sont tués dans une attaque contre leur consulat à Benghazi. Un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda est accusé d'être derrière l'attaque. Le 23 avril 2013, un attentat à la voiture piégée vise l'ambassade de France à Tripoli, blessant deux gardes français. La plupart des ambassades étrangères ferment. - Divisions - Le 16 mai 2014, le général dissident Khalifa Haftar, proche de l'Egypte et des Emirats arabes unis, lance une opération contre les groupes jihadistes à Benghazi. Plusieurs officiers de la région orientale rallient sa force paramilitaire, autoproclamée "Armée nationale libyenne". Le 25 juin, après de nouvelles élections, le CGN est remplacé par un Parlement dominé par les anti-islamistes. Fin août, après des semaines de combats meurtriers, Fajr Libya, coalition hétéroclite de milices dont certaines islamistes, s'empare de Tripoli, et réinstalle le CGN. Un gouvernement est mis en place. Le gouvernement d'Abdallah al-Theni et le Parlement élu en juin s'exilent dans l'Est. Le pays se retrouve avec deux gouvernements et deux Parlements. - L'EI profite du chaos - En décembre 2014, le groupe Etat islamique (EI), tirant profit de l'absence d'Etat, s'implante en Libye où il revendique son premier attentat. En juin 2015, il s'empare de Syrte, à 450 km à l'est de Tripoli. Il en sera chassé fin 2016. - Deux autorités rivales - En décembre 2015, après des mois de négociations, des représentants de la société civile et des députés signent à Skhirat (Maroc), un accord parrainé par l'ONU, mais les deux Parlements rivaux émettent des réserves. Le Conseil de sécurité de l'ONU l'entérine. Un "gouvernement d'union nationale" (GNA) est proclamé. En mars 2016, son chef Fayez al-Sarraj arrive à Tripoli. Dans l'Est, le cabinet parallèle, soutenu par le général Haftar, et le Parlement, élu en 2014, lui restent opposés. - Rencontre près de Paris - En juillet 2017, Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar s'engagent sur un processus de sortie de crise lors d'une rencontre près de Paris sous les auspices d'Emmanuel Macron, sans résultats concrets sur le terrain. En décembre, l'ONU estime que l'accord de Skhirat "demeure le seul cadre viable pour mettre fin à la crise politique". Khalifa Haftar affirme que l'accord a expiré, et avec lui le mandat du GNA. Il dit cependant appuyer la tenue d'élections en 2018, tout en menaçant implicitement de prendre le pouvoir si ce processus n'aboutit pas. - Attaques - Le 13 janvier 2018, au moins 20 personnes sont tuées lors de combats entre forces de sécurité et un groupe armé qui lance une attaque contre l'aéroport international de Mitiga, près de Tripoli. Les assaillants cherchaient à libérer des jihadistes détenus sur le site de l'aéroport. Le 23 janvier, un double attentat à la voiture piégée fait près de 40 morts à Benghazi. Le 2 mai, deux kamikazes de l'EI attaquent le siège de la Commission électorale à Tripoli, tuant 14 personnes. - Opération à Derna - Le 7 mai, le maréchal Haftar, après une hospitalisation d'au moins deux semaines à Paris, annonce une opération militaire pour "libérer" Derna, seule ville de l'Est libyen qui échappe à son contrôle et sous la coupe de groupes jihadistes.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.