DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dauphiné: Kwiatkowski en tête après le prologue, Bardet et Nibali en attente

Vous lisez:

Dauphiné: Kwiatkowski en tête après le prologue, Bardet et Nibali en attente

Dauphiné: Kwiatkowski en tête après le prologue, Bardet et Nibali en attente
Taille du texte Aa Aa
En 6 kilomètres, le Polonais Michal Kwiatkowski a créé les premiers écarts du Critérium du Dauphiné, dimanche à Valence, où le champion du monde 2014 s'est adjugé le prologue. "Ce sont des écarts dérisoires par rapport à ce qui nous attend", a tempéré Romain Bardet, qui a cédé seulement 23 secondes à Kwiatkowski, 1 de moins que l'Italien Vincenzo Nibali. "Des étapes difficiles nous attendent mais on est prêts", a commenté Kwiatkowski qui a surtout pris l'avantage sur l'autre chef de file de l'équipe Sky, le Gallois Geraint Thomas, crédité de la 43e place (à 21 sec). Une chute dans un virage, pris un peu trop rapidement, a privé Thomas d'une bonne place, peut-être même de la victoire, au vu de sa performance dans les trois derniers kilomètres. Le Gallois, bien que blessé (au bas du dos notamment), n'a lâché que 2 secondes à Kwiatkowski dans la partie finale. Malgré la mésaventure de son leader, l'équipe britannique a placé trois des siens en haut du tableau (Kwiatkowski, Moscon 3e, Castroviejo 9e). Comme un avertissement en vue du contre-la-montre par équipes de 35 kilomètres programmé mercredi entre l'Ain et la Saône-et-Loire. Talent reconnu, tant dans les courses d'un jour que les grands tours, Kwiatkowski a brillé en début de saison (Tour d'Algarve, Tirreno-Adriatico) mais n'a pu concrétiser dans les classiques de printemps. "Parfois, cela ne fonctionne pas", a soupiré le Polonais (28 ans) qui reconnaît que ce registre multiformes "peut être un piège". - "J'ai encore des kilos à perdre" - Peut-il gagner ce Dauphiné très montagneux, avec quatre arrivées au sommet pour les quatre derniers jours de course ? "J'ai beaucoup progressé l'an dernier et aussi dans le dernier camp d'entraînement, répond le porteur du maillot jaune. Mais c'est encore trop tôt pour savoir ce que je peux faire. Je ne suis pas encore à mon pic de forme, j'ai encore des kilos à perdre. A mon avis, la course s'annonce plus difficile que les années passées". Les grimpeurs, attendus à partir de jeudi, ont passé sans encombres le cap. "C'était un truc pour rouleurs", a souligné Bardet, dont le coéquipier Pierre Latour, champion de France du contre-la-montre, a failli chuter dans le même virage que Thomas et a terminé loin devant son public (64e). Des autres candidats au podium, le meilleur chrono est revenu au Luxembourgeois Bob Jungels (à 7 sec de Kwiatkowski). Le Russe Ilnur Zakarin (à 18 sec) et le Britannique Adam Yates (à 21 sec) se sont situés légèrement au-dessus de Bardet et Nibali alors que l'Irlandais Dan Martin (à 29 sec) a cédé un peu plus de temps. "C'est très peu et assez insignifiant par rapport à ce qui nous attend", a toutefois insisté Bardet, 48e au classement du jour mais deuxième de son équipe (derrière Gallopin, 38e). Ce qui pourrait indiquer un rapport de forces défavorable, mercredi, dans le contre-la-montre par équipes. Lundi, la première étape reliera Valence à Saint-Just-Saint-Rambert (Loire) sur un parcours de 179 kilomètres susceptible d'être favorable aux sprinteurs malgré sept montées, la dernière à 4 kilomètres de l'arrivée.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.