DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trois astronautes en route vers l'ISS à bord d'une fusée Soyouz

Vous lisez:

Trois astronautes en route vers l'ISS à bord d'une fusée Soyouz

Trois astronautes en route vers l'ISS à bord d'une fusée Soyouz
Taille du texte Aa Aa
Six mille heures d'entraînement, deux jours de voyage, cinq mois dans l'espace...un cosmonaute russe et deux astronautes américain et allemand ont décollé mercredi des steppes du Kazakhstan à bord d'un vaisseau Soyouz pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS). Le lancement de la fusée MS-09 avec à son bord le Russe Sergueï Prokopiev, l'Américaine Serena Auñón-Chancellor et l'Allemand Alexander Gerst, a été effectué avec succès depuis le cosmodrome de Baïkonour à l'heure prévue, à 11H12 GMT, par un temps chaud et sec. Ils devraient arriver à l'ISS vendredi pour une mission d'environ cinq mois nommée "Horizons". Cette équipe est relativement inexpérimentée par rapport aux précédentes. Alexander Gerst, 42 ans, de l'Agence spatiale européenne (ESA), est le seul a avoir déjà effectué un séjour à bord de l'ISS en 2014. Sergueï Prokopiev, commandant du vaisseau, effectue son premier vol à 43 ans. Il s'agit aussi de la première mission spatiale de Serena Auñón-Chancellor, 42 ans, qui est également médecin. Elle n'a été désignée par la NASA qu'en début d'année, aux dépens de Jeannette Epps, sans que la raison en soit expliquée. "Nous rejoignons la fusée sur la rampe de lancement de Gagarine. Elle est là, prête, fumante, vivante, dans toute sa beauté. Je vais devoir lui donner une autre tape amicale avant de grimper dedans. J'ai hâte de sentir ces moteurs dans mon dos. Allons-y!", avait écrit sur Twitter quelques heures avant le départ Alexander Gerst. Sur son blog, hébergé par le site de l'ESA, il a raconté mercredi la préparation du voyage: "Chacun d'entre nous a plus de 6.000 heures de formation derrière lui, dont beaucoup passées à trois. Dans les simulateurs de l'ISS et de la capsule Soyouz, nous avons répété des centaines de scénarios d'urgence". Les co-équipiers ont ainsi appris "à réagir en cas d'incendie soudain, lorsque la station spatiale fuit ou que des gaz toxiques s'échappent", ou encore à "recoudre des blessures, gérer les provisions de nourriture, manipuler les nombreux équipements et procédures complexes de la station spatiale", a-t-il détaillé. - Match de foot - Ils seront accueillis sur place et travailleront aux côtés des astronautes américains Drew Feustel et Richard Arnold et du cosmonaute russe Oleg Artemiev, sur place depuis le 21 mars. Ces derniers ont préparé une sortie dans l'espace prévue le 14 juin pour installer des équipements de communication sans fil sur un module de l'ISS, selon le site de la Nasa, qui évoqué également des expériences dans le domaine de la botanique. La fièvre du ballon rond s'est emparée de l'ISS à l'approche de la Coupe du monde de football qui commencera en Russie le 14 juin. La fusée Soyouz avait ainsi été floquée du logo du Mondial-2018. Lors d'une la conférence de presse avant le départ, Sergueï Prokopiev a ainsi déclaré que les spationautes de l'ISS organiseraient leur propre match de foot le 15 juillet, jour de la finale. Dimanche, un Russe, un Japonais et un Américain sont revenus sur Terre depuis l'ISS accompagnés d'un ballon de foot qui pourrait être utilisé lors du match d'ouverture. Cette information n'a toutefois pas été confirmée par la Fifa. La Station spatiale internationale, un rare exemple de coopération entre la Russie et les Etats-Unis dans un contexte de tensions sans précédent depuis la Guerre froide, est en orbite depuis 1998, à une vitesse de 28.000 km/heure. Seize pays participent à l'ISS, qui a coûté au total 100 milliards de dollars, en majeure partie financés par les États-Unis et la Russie.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.