DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le G7, une réunion informelle des grandes puissances

Vous lisez:

Le G7, une réunion informelle des grandes puissances

Le G7, une réunion informelle des grandes puissances
Taille du texte Aa Aa
Le G7, réuni en sommet vendredi et samedi au Canada dans un climat tendu, est un groupe informel de grandes puissances créé en 1975, d'abord pour discuter d'économie puis d'autres thèmes comme la paix, l'environnement ou le terrorisme. L'atmosphère entre les pays membres s'est souvent tendu à l'approche du sommet annuel, organisé dans le pays qui assure la présidence tournante. Mais jusqu'à présent les réunions se sont toujours terminées par une déclaration commune permettant de sauver la face. Cette année la rencontre a également débuté sur des tensions en raison des nouveaux tarifs douaniers imposés par Donald Trump. Le président américain a réclamé en outre la réintégration de la Russie, membre du groupe entre 1998 et 2014, et exclue alors en raison de l'annexion de la Crimée. Mais Washington a rapidement fait machine arrière après le "niet" de l'Union européenne. - L'économie d'abord - La première réunion a lieu à Rambouillet en France en 1975, après le premier choc pétrolier. Six pays (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Japon et Etats-Unis) participent à ce premier "G6", rejoints en 1976 par le Canada au sein du "G7". L'initiative vient du président français Valéry Giscard d'Estaing, qui propose de transposer au niveau des dirigeants l'habitude qu'ont prise les ministres des Finances de se réunir pour régler les questions monétaires brûlantes. - Du G7 au G8 - Durant les années 80, la crispation des relations entre l'Est et l'Ouest va donner une coloration plus politique aux réunions. Ainsi, le sommet de Williamsburg, en 1983, adopte, pour la première fois, une déclaration sur la sécurité en Europe. Ce texte de soutien à la politique du président américain Ronald Reagan envers Moscou est adopté malgré les réserves du Français François Mitterrand. La dislocation de l'Union soviétique fin 1991 va complètement changer la donne. La Russie, simple invitée en 1992, participe en 1998 pour la première fois à tous les sommets du groupe, rebaptisé "G8". - Un club contesté - A partir de 1999, dans une période où des crises financières se succèdent, le G8 se voit reprocher de n'être qu'un "club des riches". Les grandes puissances se réunissent alors avec des pays émergents dans une nouvelle configuration, le "G20", pour tenter de résoudre ou éviter ces crises. En 2001 le sommet de Gênes en Italie est marqué par de violentes manifestations de militants antimondialisation qui se soldent par un mort. Les protestataires contestent l'utilité et la légitimité du G8 et réclament l'annulation de la dette des pays pauvres. D'autres sommets donneront ensuite lieu à des manifestations, sous étroite surveillance policière. - Poutine et Trump - En 2014, la Russie de Vladimir Poutine est suspendue du G8 après avoir annexé la péninsule ukrainienne de Crimée et des sanctions sont prises contre Moscou. Le sommet du G8 prévu cette année-là en Russie est annulé, le G8 redevient G7. En 2017, l'unité du G7 est brisée sur la question du climat lors du premier sommet avec Donald Trump en Sicile. Quelques jours plus tard le président américain décide de quitter l'accord de Paris sur le climat.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.