DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine: Paris et Berlin veulent croire en une reprise du processus de paix

Vous lisez:

Ukraine: Paris et Berlin veulent croire en une reprise du processus de paix

Ukraine: Paris et Berlin veulent croire en une reprise du processus de paix
Taille du texte Aa Aa
Paris et Berlin se voulaient prudemment optimistes lundi soir pour le processus de paix en Ukraine qu'ils parrainent, à l'issue d'une réunion où Russes et Ukrainiens se sont réengagés en faveur d'un cessez-le-feu attendu de longue date. "Toutes les parties se sont de nouveau exprimées en faveur d'un cessez-le-feu durable, et celui-ci inclut le retrait des armes lourdes, le désarmement de troupes, le déminage dans la région (du Donbass) et de l'accès comme de la protection de la mission d'observateurs de l'OSCE", a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas après cinq heures de réunion tardive à Berlin avec ses homologues français, russe et ukrainien. Cette rencontre ne visait pas à réaliser une percée diplomatique mais à renouer le dialogue après 16 mois sans réunion et une escalade des tensions dans l'est de l'Ukraine où le cessez-le-feu prévu par les accords de Minsk de février 2015 est violé une multitude de fois chaque jour. Le ministre français Jean-Yves Le Drian a donc salué lundi une "dynamique positive" et son homologue russe Sergueï Lavrov a évoqué "une rencontre très utile" même si "nous n'avons pas réussi à régler tous les problèmes liés à la mise en oeuvre des accords de Minsk". Quant à l'idée d'une force de maintien de la paix de l'ONU, les quatre ministres l'ont évoquée à Berlin lundi soir, mais elle semble exclue tant que le cessez-le-feu ne sera pas respecté. "Nous sommes prêts à travailler sur les paramètres d’une possible mission des Nations unies pour l’Ukraine orientale lorsque la mise en oeuvre des accords de Minsk le permettra", a dit M. Le Drian. - Regain d'activité - Le conflit entre Kiev et les séparatistes pro-russes du Donbass a fait quelques 10.000 morts en quatre ans et des centaines de milliers de déplacés, malgré le processus de paix engagé sous l'égide de Paris et Berlin. Mais signe du regain d'intérêt et d'activité diplomatique, le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté début juin sa première résolution sur le conflit depuis janvier 2017, afin de dénoncer les violations du cessez-le-feu. Le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko ont eu quant à eux une rare conversation téléphonique samedi pour évoquer notamment un "échange de prisonniers". Cette question a aussi été évoquée lundi à Berlin. Mais la méfiance entre Russes et Ukrainiens reste considérable, comme l'a illustré encore fin mai l'étrange faux assassinat du journaliste russe Arkadi Babtchenko en Ukraine, les services de renseignement ukrainiens justifiant leur mise en scène par la nécessité d'enrayer un vrai complot ourdi selon eux par Moscou. Et le pouvoir russe continue d'affirmer qu'il ne soutient pas militairement les combattants de l'est ukrainien, un mensonge selon les Occidentaux et les Ukrainiens. - "Conséquences graves" - Vladimir Poutine a, lui, mis en garde Kiev contre toute "provocation" visant les séparatistes pro-russes du Donbass durant le Mondial de football qui s'ouvre le 14 juin en Russie. Cela "aurait des conséquences très graves pour l'Ukraine en tant qu'Etat", a-t-il menacé. La reprise à Berlin du dialogue à quatre intervient aussi alors que le Kremlin se prend à espérer une levée des sanctions imposées par l'UE en raison du conflit ukrainien. M. Poutine peut notamment compter sur l'arrivée au pouvoir en Autriche et en Italie de gouvernements plus pro-russes, portés par des partis d'extrême droite ou populistes. Mais d'autres en Europe, Pologne en tête, réclament à l'inverse toujours plus de fermeté face à Moscou. "C’est une partie non négligeable de notre processus de discussion avec les leaders de la France, de la République fédérale allemande", a affirmé ainsi Vladimir Poutine, selon qui en Europe beaucoup affirment "publiquement" qu'il "est temps de sortir des sanctions". Paris et Berlin ont, eux, réaffirmé que la levée des sanctions dépendra de l'application des accords de Minsk. Mais sur fond de relations dégradées avec les Etats-Unis de Donald Trump, des responsables s'interrogent sur la nécessité d'une détente avec Moscou, bien que le Kremlin soit accusé de campagnes de cyberattaques et de désinformation contre les Occidentaux.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.