DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tennis: le TAS alourdit la suspension de l'Italienne Errani pour dopage

Vous lisez:

Tennis: le TAS alourdit la suspension de l'Italienne Errani pour dopage

Tennis: le TAS alourdit la suspension de l'Italienne Errani pour dopage
Taille du texte Aa Aa
Le Tribunal arbitral du sport a alourdi à dix mois la suspension de l'Italienne Sara Errani, finaliste de Roland-Garros en 2012, qui avait été suspendue deux mois en août dernier pour avoir enfreint le règlement antidopage, a annoncé lundi le TAS. La joueuse avait été suspendue deux mois en août 2017 par un tribunal indépendant de la Fédération internationale de tennis (ITF), après un contrôle positif, hors compétition, au letrozole. Errani s'était défendue en affirmant avoir pris le produit "par contamination accidentelle" en raison de la prise d'un médicament contenant du letrozole par sa mère. Le rameur italien Niccolo Mornati, quatre fois médaillé aux championnats du monde, avait été contrôlé positif en 2016 au même produit, qui peut avoir un effet anabolisant "marginal" et masquer l'absorption de testostérone. Tous les résultats de Sara Errani obtenus entre le 16 février et le 7 juin 2017 avaient été annulés. Errani avait fait appel, contestant l'annulation de ses résultats. L'Agence nationale antidopage italienne avait également fait appel, réclamant une sanction plus lourde comprise entre deux et 24 mois. Le TAS a rejeté l'appel de la joueuse et lui a imposé une suspension de 10 mois, prenant effet immédiatement. Les deux mois de suspension déjà effectués sont déduits. Sara Errani, 74e à l'ATP avant Roland-Garros, avait été éliminée au 1er tour par la Française Alizé Cornet.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.