DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise migratoire : Pedro Sánchez veut montrer la voie

Vous lisez:

Crise migratoire : Pedro Sánchez veut montrer la voie

Crise migratoire : Pedro Sánchez veut montrer la voie
Taille du texte Aa Aa

Le nouveau Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, a réussi son premier coup politique en acceptant d'accueillir les 629 migrants de l'Aquarius.

Il envoie ainsi un message à une Europe incapable d'afficher une solidarité commune depuis le début de la crise des migrants et de plus en plus en tentée par le repli sur soi.

En Espagne, sa décision est saluée par de nombreux élus locaux, qui proposent d'accueillir des passagers de l'Aquarius :

"Ils savent qu'ils peuvent compter sur la communauté autonome d'Aragon. Nous assumerons notre part de responsabilité, notre disponibilité est absolue", souligne Javier Lambán, le président d’Aragón.

"Il devrait y avoir une coordination au niveau européen. Mais face à de telles circonstances, il faut savoir répondre présent. Et c'est que va faire la Galice", indique de son côté le vice-président de la Galice, Alfonso Rueda.

"Madrid a cent places à proposer, la ville peut accueillir environ une vingtaine de familles", a fait savoir _Manuela Carmena, la maire de la capitale espagnole.

Réaction plus mesurée de l'opposition espagnole qui appelle le gouvernement Sánchez à ne faire cavalier seul en Europe :

"Il doit s'asseoir avec les autres pays européens et chercher une solution commune. Cette mesure individuelle ne doit pas devenir la solution habituelle, qui serait très négative pour l’Espagne", souligne Fernando Martínez-Maillo, coordinateur général du Parti Populaire.

"Il est raisonnable et logique de vouloir sauver des vies, mais en politique il ne faut pas improviser. Et la politique, j'insiste, est faite à Bruxelles", conclut Albert Rivera, le leader de Ciudadanos.