DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une météo exceptionnelle en Europe

Vous lisez:

Une météo exceptionnelle en Europe

Pluie diluvienne en Suisse, à Lausanne, le 11 juin
Taille du texte Aa Aa

Pluies torrentielles, orages à répétition... l'Europe a connu cette année une série d'événements météorologiques records. A lui seul, le mois de mai a été le plus chaud enregistré entre 1981 et 2010 sur la majeure partie de l'Europe, en particulier en Scandinavie, selon le programme européen de surveillance mondiale de l'environnement et de la sécurité Copernicus.

En Finlande, selon les statistiques de l'Institut météorologique, le mois de mai a été le mois le plus chaud de toute l'histoire des mesures finlandaises.

La France n'a pas été épargnée : mais ici c'est en avril que les températures enregistrées ont été les plus chaudes. C'est la troisième fois que cela se produit depuis plus d'un siècle après 2007 et 2011. A Strasbourg, Nancy, Metz, Saint-Dizier et Cambrai, c'est le mois de mai qui a été le plus chaud depuis que les mesures existent. Quant aux pays-Bas, ils ont enregistré le mois de mai le plus chaud depuis plus de trois siècles.

L'aéroport de Stansted au Royaume-Uni a dû annuler des milliers de vols de passagers en raison des orages et de la foudre qui ont endommagé les équipements nécessaires pour alimenter les avions en carburant .

La France rapporte qu'elle a enregistré le double du record précédent pour les coups de foudre lors d'un mois de mai, pour un total de 110 000 impacts.

Des régions comme la Bretagne ont été frappées par de graves crues soudaines. Mardi, un homme de 35 ans a été retrouvé mort dans sa voiture dans l'Eure, en Normandie, après avoir été submergé lors d'une inondation.

La faute au "bloc Omega"

Les experts évoquent la présence d'un "bloc Omega" qui pourrait expliquer cet enchaînement d'évènements climatiques. Un bloc Oméga se caractérise par la forme de la circulation atmosphérique en altitude qui ressemble à la lettre grecque du même nom.

Concrètement, on observe alors deux dépressions coupées en altitude qui entourent un anticyclone de blocage. Ces phénomènes concernent de vastes étendues géographiques.

Ces blocs restent souvent obstinément au même endroit pendant de longues périodes ce qui fait que la zone située en contrebas souffre de conditions météorologiques répétitives. Lorsque de l'air chaud et stagnant provenant de zones de haute pression pénètre dans les zones de basse pression, cet air commence à monter avec la chaleur. L'air environnant tourbillonne alors pour prendre sa place. Au fur et à mesure que l'air monte et se refroidit, l'eau forme des nuages et des tornades peuvent se former.

L'été sera-t-il chaud ?

A quelques jours du solstice d'été, Météo France a publié ses prévisions saisonnières pour les mois de juin, juillet et août. Résultats : les météorologues privilégient "un été plus chaud que la normale (...) sur une bonne partie du sud-est de l'Europe et du bassin méditerranéen" en raison "de la persistance probable d'un anticyclone plus fort que la normale sur l'Europe continentale".

Sur la façade Atlantique, l'influence de l'Océan (encore anormalement frais en début de période) devrait maintenir des températures proches des normales à l'échelle de la saison.

Version originale en anglais