DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

XV de France: le carton rouge de Fall contre la Nouvelle-Zélande annulé

Vous lisez:

XV de France: le carton rouge de Fall contre la Nouvelle-Zélande annulé

XV de France: le carton rouge de Fall contre la Nouvelle-Zélande annulé
Taille du texte Aa Aa
Une décision extrêmement rare: la commission de discipline a annulé lundi le carton rouge reçu par l'arrière du XV de France Benjamin Fall samedi contre la Nouvelle-Zélande, ce qui lui permet de postuler pour le dernier test-match de rugby de juin entre les deux nations, samedi à Dunedin. La commission de discipline indépendante, qui a auditionné Fall dimanche à Wellington au lendemain de la rencontre remportée par les All Blacks (26-13), a estimé que l'arbitre, l'Australien Angus Gardner, avait pris "une mauvaise décision" en excluant le Français dès la 12e minute, pour avoir déséquilibré en l'air l'ouvreur All Black Beauden Barrett. La course de Fall a en effet été "altérée par une collision avec le N.13 (néo-zélandais, Anton Lienert-Brown, NDLR) (...) qui lui a fait perdre l'équilibre, trébucher et l'a projeté" contre Barrett, a jugé la commission, citée par un communiqué de la Fédération néo-zélandaise de rugby. Barrett, retombé sur la tête et sorti pour passer le protocole commotion cérébrale, n'est ensuite pas revenu sur la pelouse. Fall, trop juste pour le premier test de la série, le 9 juin à Auckland (52-11 pour la Nouvelle-Zélande) après être arrivé en cours de semaine pour avoir participé à la finale du Top 14 avec Montpellier (13-29 contre Castres le 2 juin), "ne quitte à aucun moment des yeux le ballon (sur la chandelle d'Anthony Belleau, NDLR), ce qui montre une claire intention d'aller le contester". Le petit coup d'épaule qui lui adresse Lienert-Brown est "la cause directe" de sa collision avec Barrett. Fall (29 ans, 11 sél.) n'a ainsi "pas pu éviter" le meilleur joueur du monde en 2016 et 2017 et son action n'est "ni volontaire, ni imprudente". - Aucune "critique" envers Gardner - La commission de discipline s'est cependant défendue de "toute critique" envers M. Gardner et l'arbitre vidéo, l'Australien George Ayoub, qui n'ont pas eu accès "aux mêmes ralentis et angles de vue" qu'elle. L'arbitre central avait appliqué le règlement de World Rugby, la Fédération internationale, qui prévoit un carton rouge en cas de plaquage ou geste faisant retomber l'adversaire sur la tête ou la nuque. Cette décision avait alimenté les débats après la rencontre samedi, le sélectionneur néo-zélandais Steve Hansen estimant le geste de Fall "non intentionnel", une "zone grise" à éclaircir au plan réglementaire selon lui. "D'un week-end à l'autre, on voit que c'est la même chose" avait lâché pour sa part le centre des Bleus Geoffrey Doumayrou. Lors du premier test-match, le pilier droit Ofa Tuungafasi avait en effet échappé à un passage en commission de discipline après un plaquage à l'épaule sur l'ailier français Rémy Grosso, victime d'une double fracture du crâne et forfait pour le reste de la tournée. Sur cette action, Grosso était également plaqué par derrière, au niveau du cou, par le troisième ligne néo-zélandais Sam Cane. L'arbitre avait sanctionné le seul geste de Cane, d'une pénalité, et le commissaire à la citation avait ensuite estimé que le geste de Tuungafasi se situait "juste en-dessous" du niveau carton rouge, Grosso étant déséquilibré par Cane.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.