DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mondial-2018 - Les sauts de joie des supporters mexicains n'ont pas provoqué un séisme

Vous lisez:

Mondial-2018 - Les sauts de joie des supporters mexicains n'ont pas provoqué un séisme

Mondial-2018 - Les sauts de joie des supporters mexicains n'ont pas provoqué un séisme
Taille du texte Aa Aa
Les sauts de joie des supporters mexicains lors du but victorieux contre l'Allemagne (1-0) en Coupe du monde de football ont-ils provoqué un séisme à Mexico dimanche? C'est faux. QUE VÉRIFIE-T-ON ? Un tweet, publié le 17 juin par le "Département de sismologie et de volcanisme" de l'Instituto de Investigaciones Geológicas y Atmosféricas, neuf minutes après le but victorieux du mexicain Hirving "Chuky" Lozano dimanche, a fait le tour du monde. Selon lui, un "séisme artificiel" aurait été détecté à Mexico en raison des "sauts massifs" des supporters mexicains. "#séisme artificiel dans la ville de Mexico en raison de la célébration du but de la sélection mexicaine durant le match contre l'Allemagne lors du Mondial 2018 en Russie", a écrit l'Institut. Le tweet, qui figure toujours sur son compte accompagné de graphiques, a généré plus de 30.000 retweets et a été "aimé" plus de 40.000 fois. Il a été repris par des médias dans de nombreux pays. QUE SAIT-ON ? Xyoli Ramírez Campos, docteure spécialiste de l'Institut de Géophysique de l'Université autonome de Mexico (Unam) et membre du Service sismologique national (SSN), assure que si les sauts des foules peuvent apparaître sous formes de vibrations dans les relevés d'un sismographe, ils n'apparaîtront pas sous la forme caractéristique de pics qui témoignent d'un véritable mouvement tellurique tel un séisme. "Quand il y a un match de football des Pumas --l'équipe de l'Unam-- au Stade universitaire, avec plus de 60.000 personnes qui font la fête ensemble et sautent au rythme du kop, il y a un signal qui est perceptible" explique-t-elle à l'AFP. Mais la dénomination "séisme artificiel" n'est pas adéquate pour qualifier l'impact provoqué par cette activité humaine sur les ondes enregistrées par un sismographe, selon cette spécialiste. Le Service sismologique national (SSN), chargé de fournir l'information officielle sur les séismes qui se produisent au Mexique, ne mentionne d'ailleurs aucun tremblement de terre sur sa page officielle à la date du 17 juin dans la capitale mexicaine. La fréquence du signal provoqué par une foule en liesse "est différente de celui d'un séisme" confirme le géologue espagnol Javier Carmona de l'université de Complutense à Madrid. "Chaque fois que le Barça marque un but, l'Institut des sciences de la Terre de Barcelone détecte la même chose, mais il n'est pas correct de dire qu'un séisme a été provoqué", souligne-t-il. QUE PEUT-ON CONCLURE? Les vibrations des sauts d'une multitude de personnes peuvent être détectées par un sismographe, mais ne peuvent en aucun cas être considérées comme un séisme.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.