DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Volvo Ocean Race: trois bateaux pour sprint fou

Vous lisez:

Volvo Ocean Race: trois bateaux pour sprint fou

Volvo Ocean Race: trois bateaux pour sprint fou
Taille du texte Aa Aa
Le suspense est total ! Après 8 mois intenses de course autour du monde en équipage, la dernière étape de la Volvo Ocean Race, qui part jeudi de Göteborg, s'annonce comme un sprint de folie durant trois jours pour les 3 bateaux prétendants à la victoire finale. De mémoire de marin, jamais, en 45 ans d'existence, une édition de la Volvo Ocean Race (anciennement Whitbread Round the World Race) n'a proposé une telle incertitude avant le dernier acte de la course. Trois bateaux peuvent à prétendre au titre: les Espagnols de Mapfre, les Néerlandais de Team Brunel et les Chinois de Dongfeng Race Team, à égalité de points au classement général avec 65 points (Dongfeng est à 64 points mais bénéficiera d'un point de bonus au terme de la course). Le couperet doit tomber dimanche à La Haye, terminus de la 13e édition, partie le 22 octobre d'Alicante (ESP). "Aucune équipe espagnole n'a jamais gagné la Volvo, ce serait bien qu'on soit le premier", souligne à l'AFP Joan Vila, l'un des équipiers de Mapfre qui prend part à sa 5e VOR. Sa dernière participation remonte à 2002, où il avait connu les joies de la victoire avec l'équipe allemande Illbruck Challenge. "Quinze ans après ma dernière, ce serait bien de pouvoir la gagner à nouveau. On a des chances mais ça va être difficile, on joue tout sur cette dernière étape", prévient-il. - Les 3 couronnes en jeu - Pour Dongfeng, la tension est aussi à son comble. D'autant que pour les Chinois, ce serait aussi un succès inédit. "Ce n'est pas 2 mais 3 bateaux qui bataillent pour la victoire! Ca va être à fond, ça change du rythme des autres étapes", relève le skipper de Dongfeng, le Français Charles Caudrelier. "Nous, on n'a pas encore gagné une étape, les 2 autres bateaux, oui. On va dire que c'est la prochaine ! Il va falloir être devant ces 2 bateaux à La Haye, ils sont tout le temps sur le podium donc si on veut les battre, il va falloir faire mieux", prévient Caudrelier, qui veut une équipe plus agressive pour la dernière joute. Grands favoris de la course, Mapfre et Dongfeng se livrent un duel depuis des mois mais ces dernières semaines Team Brunel est venu perturber leur jeu, montant en puissance au fil des étapes. Les Néerlandais ont déjà remporté la Volvo trois fois (en 2005/2006 avec ABN AMRO One et en 1977/1978 et 1981/1982 avec Flyer) et visent un premier sacre devant leur public. Sans compter qu'à bord de Team Brunel se trouve un jeune super champion de la voile, le Néo-zélandais Peter Burling, héros de la dernière Coupe de l'America et médaillé d'or aux jeux Olympiques en 2016. Aucun navigateur ne s'est jamais adjugé les 3 couronnes (Volvo, Coupe de l'America, JO). Mais Burling n'est pas le seul à pouvoir y prétendre puisqu'à bord de Mapfre évolue Blair Tuke, son ami et partenaire durant les succès aux Jeux et à la Coupe de l'America. "Blair fait tout ce qu'il est possible pour que ce soit lui le premier, ça c'est sûr !", lance Joan Vila. "On n'a pas besoin de lui dire, il nous le dit lui-même: 'il faut qu'on gagne sinon ce sera mon copain!'". La 13e édition marquera la fin de l'ère Volvo de la course, qui vient d'être rachetée par une société espagnole d'événementiel (Atlant Ocean Racing).
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.