DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les 108 migrants du Maersk accueillis en Sicile, une solution pour le Lifeline

Vous lisez:

Les 108 migrants du Maersk accueillis en Sicile, une solution pour le Lifeline

Les 108 migrants du Maersk accueillis en Sicile, une solution pour le Lifeline
Taille du texte Aa Aa

L'Alexander Maersk avec ses 108 migrants à bord ont finalement été autorisés à accoster la nuit dernière en Sicile.

Le maire du port de Pozallo a fini par recevoir l'autorisation du ministère italien de l'Intérieur. Si Matteo Salvini a fermé ses ports aux bateaux de secours de migrants, la situation des navires marchands ou autres est moins claire.

La centaine de migrants avait été secourue en mer, au large de la Libye, vendredi dernier. Depuis, le cargo danois attendait le feu vert pour accoster, le gouvernement italien réfléchissant.

De son côté, le navire humanitaire Lifeline qui se trouve au large de Malte pourra accoster sur l'île méditerranéenne et l'Italie accueillera une partie des 233 migrants qui se trouvent à bord, a affirmé mardi le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte, sans préciser quand il serait autorisé à accoster à Malte.

Que d'autres pays européens fassent pareil

Epousant la ligne dure représentée par son ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite), M. Conte a ajouté que le Lifeline "sera soumis à une enquête pour s'assurer de sa nationalité et du respect des règles du droit international de la part de son équipage".

Le Lifeline est un navire d'une trentaine de mètres de long de l'ONG allemande du même nom mais il bat pavillon néerlandais. "De manière cohérente avec le principe clé de notre proposition sur l'immigration selon laquelle qui débarque sur les côtes italiennes, espagnoles, grecques ou maltaises débarque en Europe, l'Italie fera sa part et accueillera une partie des migrants qui sont à bord du Lifeline", poursuit le chef du gouvernement italien.

M. Conte n'a pas précisé non plus combien de migrants l'Italie accueillerait, exprimant simplement le souhait que "d'autres pays européens fassent la même chose".