DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les supportrices algériennes restent à la porte des stades de foot

Vous lisez:

Les supportrices algériennes restent à la porte des stades de foot

Les supportrices algériennes restent à la porte des stades de foot
Taille du texte Aa Aa
Les femmes n'ont "pas leur place" dans un stade de foot, assène comme une évidence un jeune supporteur algérien, résumant l'opinion qui domine dans les tribunes. Aucune loi n'en interdit l'accès aux Algériennes, mais le stade de football est un territoire exclusivement masculin en Algérie. Jusque dans les années 1980, elles étaient nombreuses dans les gradins avec les hommes. C'était "la belle époque", quand la mixité était la norme dans la société algérienne, se souvient Djahida, une esthéticienne sexagénaire. Les naissances successives de ses deux enfants ont éloigné des stades cette fan de football. Puis vinrent les années de guerre civile (1992-2002), durant lesquelles on évitait tout lieu public. Aujourd'hui, plus question pour Djahida d'y retourner: elle a peur d'être insultée voire agressée, dans des tribunes désormais accaparées par des hommes, majoritairement jeunes, qui font la loi et disent ouvertement que les femmes n'y sont pas les bienvenues. "Si les femmes veulent voir un match de foot, qu'elles aillent voir jouer les footballeuses et nous laissent entre nous", lance Sid Ali, un chômeur de 22 ans, approuvé par ses copains hilares, regroupés devant le stade de leur club préféré, l'USMA (Union sportive de la Médina d'Alger). "On a besoin de se défouler entre garçons", poursuit le jeune homme, coiffé d'une iroquoise décolorée, sous-entendant que la présence de femmes les mettrait mal à l'aise, notamment au moment de se joindre aux torrents d'insultes à caractère sexuel que s'échangent les supporteurs. - "Exutoire" - Des femmes au stade? Kamel, 20 ans et également chômeur, est tout aussi catégorique: "C'est pas leur place!" "Pourquoi nous envahir alors qu'elles ont leurs feuilletons à la télévision?", poursuit-il dans son haut de survêtement rouge et noir aux couleurs de l'USMA, "elles sont déjà partout, au moins le stade est à nous". Largement cantonnées à l'espace privé durant des années de montée de l'islamisme et de guerre civile, les Algériennes ont ensuite reconquis partiellement l'espace public. En ville, les femmes et les adolescentes ont regagné la rue, abandonnée durant les "années noires", mais se sont aussi approprié des endroits jadis exclusivement masculins, tels que cafés ou restaurants. Pour certains hommes, le stade de football en Algérie s'impose ainsi comme un ultime bastion de virilité à défendre. Il est surtout devenu un exutoire au malaise des jeunes hommes, souvent chômeurs et sans perspective d'avenir, explique à l'AFP la sociologue Yamina Rahou, du Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d'Oran. Le stade leur semble le seul lieu où, entre hommes, il leur est possible d'exprimer colère et frustrations sans retenue, dans une société aux multiples tabous, où les loisirs manquent quand on n'a pas d'argent. - "Un minimum de dignité" - Le football passionne pourtant aussi de nombreuses Algériennes, en témoignent toutes celles qui, lors des victoires de l'équipe nationale, sillonnent Alger assises aux portières des voitures, en groupe ou en famille. Elles assistent sans problème aux matches d'autres sports tels que le handball ou le basket. Mais "c'est un suicide" pour une femme d'aller à un match de foot, estime Samia Brahimi, une étudiante de 25 ans passionnée de ballon rond. Les tribunes sont régulièrement bombardées de projectiles divers et les abords du stade sont souvent le théâtre d'affrontements entre supporteurs ou avec les forces de l'ordre. Les stades de foot restent en outre peu accueillants: gradins de béton inconfortables et sales, WC nauséabonds et absence de sanitaires réservés aux femmes... "On ne demande pas à être comme dans les gradins des courts de tennis de Roland-Garros, mais (il faut) un minimum de dignité", explique Djahida. Présidente de l’Association de promotion du sport féminin, Dounia Hadjeb dénonce l'absence de volonté politique de changer cet état de fait. Dans les tribunes d'honneur, les responsables politiques et les dirigeants du football algérien ou de clubs ne viennent jamais avec leurs épouses et leurs filles, souligne-t-elle. Leur présence au stade ou celle des femmes des joueurs pourrait être une image forte et agir comme un "déclic", reconnaît Yamina Rahou. Samia voudrait, elle, que les femmes s'organisent: en venant à une centaine, "on se fera moins embêter" au stade, assure-t-elle. En attendant, elle suit les matches à la télévision, à l'instar de Lamia et de son mari Lyes, des quadragénaires mordus de football qui ne conçoivent leur passion qu'en famille. Comme Lyes, de nombreux Algériens se privent de stade faute de pouvoir y emmener leur épouse et leurs enfants. "On ne peut pas aller en famille au stade", assure Lamia: "Comment expliquer à mon fils que des hommes (...) insultent sa mère dans des termes très vulgaires ?"
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.