DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tour de France: entre Quintana, Landa et Valverde, le problème de riche de Movistar

Vous lisez:

Tour de France: entre Quintana, Landa et Valverde, le problème de riche de Movistar

Tour de France: entre Quintana, Landa et Valverde, le problème de riche de Movistar
Taille du texte Aa Aa
C'est un problème de riche qui se pose à Movistar: avec Nairo Quintana, Alejandro Valverde et Mikel Landa, l'équipe espagnole dispose de trois leaders pour viser le général du Tour de France, mais préfère attendre la fin de la première semaine pour en privilégier un. Au cours des dernières années, Movistar a souvent joué placé sur le podium du Tour de France, avec Quintana 2e en 2013 et 2015, et Valverde 3e en 2015. Mais la victoire finale leur a toujours échappé, face à l'équipe Sky et au Britannique Chris Froome, quadruple vainqueur de la Grande Boucle en 2013, 2015, 2016 et 2017. Pour l'édition 2018, l'équipe s'est renforcée avec l'arrivée de l'Espagnol Mikel Landa, l'un des lieutenants de Froome chez Sky l'an passé, et 4e au général à une seconde de la troisième place du Français Romain Bardet. Si officiellement aucun des trois leaders n'est pour le moment privilégié, il apparaît que Quintana tient la corde, comme ce fut le cas lors du Tour de Suisse mi-juin, où il a pris la troisième place à plus d'une minute de l'Australien Richie Porte et où Landa s'est mis à son service. "Si je devais aujourd'hui donner un ordre pour celui qui a le plus de chance, ce serait Nairo, suivi de Mikel et enfin moi", a ainsi lâché Valverde, précisant que "l'important, c'est que ce soit quelqu'un de Movistar" sur la plus haute marche du podium fin juillet sur les Champs-Elysées. L'Espagnol de 38 ans a reconnu qu'il a été souvent le leader désigné d'une équipe sur le Tour de France par le passé, et que "ma chance de gagner était peut-être passée maintenant". - Sourire et ambiance détendue - Son de cloche quasiment identique pour Landa: "Nairo a l'expérience et son vécu dans le Tour de France lui donne peut-être plus de confiance et de chances de gagner que moi", a soufflé l'Espagnol de 28 ans. Quintana reste assez stoïque face à cette situation. "On a déjà connu cela dans l'équipe. Je suis venu avec Alejandro sur le Tour de France, on savait comment fonctionner et ça a marché. Cette année, ce sera la même chose. On a une équipe très forte", a-t-il martelé. "Avec trois leaders, on a plus de chances de remporter le Tour de France. L'équipe s'est améliorée et tous les coureurs sont en bonne condition. Il est clair que l'objectif est d'être en jaune à Paris", a clamé le manager général de Movistar, l'Espagnol Eusebio Unzue. Si l'ordre d'arrivée à la conférence de presse organisée vendredi à leur hôtel à Cholet pouvait influencer le choix d'Unzue, ce serait Mikel Landa qui devancerait d'une très courte tête Alejandro Valverde, Quintana arrivant quelques minutes plus tard avec Unzue. L'importance de l'enjeu, devenir le seul leader d'une équipe pouvant rivaliser avec Sky, n'a pourtant en rien gâché l'atmosphère entre les trois coureurs lors de la présentation, où les sourires s'affichaient sur les trois visages. Ni après, puisqu'ils sont partis tout sourire et ensemble quelques minutes plus tard pour une sortie à vélo autour de Cholet, où sera disputé le contre-la-montre par équipes lundi. "Nous devons attendre que ces neuf premiers jours passent et nous verrons où se situent nos leaders. Puis, pour le reste de la course, nous déciderons comment nous agirons en montagne", a expliqué Unzue, en référence à une première partie de Tour de France nerveuse, qui prendre fin sur les pavés du Nord dans dix jours.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.