DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mondial: "Neymar Ciao", la presse brésilienne dit adieu à la sixième étoile

Vous lisez:

Mondial: "Neymar Ciao", la presse brésilienne dit adieu à la sixième étoile

Mondial: "Neymar Ciao", la presse brésilienne dit adieu à la sixième étoile
Taille du texte Aa Aa
"Neymar Ciao", titrait vendredi le site du journal sportif Lance, tandis que l'ensemble de la presse brésilienne en ligne regrettait le "blackout" de la première mi-temps lors de la défaite 2-1 contre la Belgique, qui a éliminé la Seleçao en quarts de finale du Mondial-2018. Le site de référence Globoesporte.com se contentait de titrer "Quel Diable", une expression qui signifie "quel dommage" en portugais, un clin d'oeil aux "Diables Rouges" belges qui ont martyrisé le Brésil et mis fin au rêve d'un sixième titre mondial en Russie. "Le trio De Bruyne, Hazard et Lukaku a détruit la Seleçao en 45 minutes", soulignait ce site, rappelant que c'est la première fois sous les ordres du sélectionneur Tite que l'équipe prend plus d'un but lors d'une rencontre. Commentateur du match pour TV Globo, l'ex-attaquant Ronaldo, grand artisan du cinquième et dernier titre du Brésil en 2002, a regretté que les protégés de Tite aient perdu leurs moyens après les deux buts belges. "Au moment où ont était menés 2-0, il aurait fallu continuer à jouer comme s'il ne s'était rien passé. Ils se sont désespérés. Ils se sont un peu améliorés après la pause, mais ça n'a pas suffi", a déploré "O Fenomeno". Pour le site du quotidien généraliste Folha de S. Paulo, le Brésil a été "bloqué" par les "Diables Rouges". "La défaite aurait pu être plus sévère et commençait à ressembler au 7-1, score de la défaite honteuse contre l'Allemagne en demi-finale du Mondial-2014", décrivait l'article de Folha. "Le trio Lukaku, Hazard et De Bruyne a fait ce qu'il a voulu de la défense brésilienne, qui n'avait pris qu'un seul but lors de ce Mondial", poursuivait le site du journal. Autre quotidien généraliste de référence, Estado de S. Paulo a déploré sur son site le "Blackout" en première mi-temps. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes se sont amusés du fait que les drapeaux de la Belgique et de l'Allemagne aient les mêmes couleurs (noir, rouge et jaune). "L'ennemi n'était pas parti, il était déguisé", publiait par exemple @brenamagalhaess, avec des images des deux drapeaux (l'Allemagne avec les couleurs horizontales, la Belgique verticales).
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.