DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Italie veut fermer ses ports aux bateaux européens en mission

Vous lisez:

L'Italie veut fermer ses ports aux bateaux européens en mission

L'Italie veut fermer ses ports aux bateaux européens en mission
Taille du texte Aa Aa
L'Italie veut fermer ses ports aux navires en mission en Méditerranée lorsque ces derniers ont à leur bord des migrants sauvés au large de la Libye, a déclaré dimanche le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini. "Jeudi, j'apporterai sur la table européenne à Innsbruck la demande de fermeture des ports italiens aux navires des missions internationales", a affirmé M. Salvini sur son compte Twitter, en faisant référence à une réunion des ministres européens de l'Intérieur prévue en Autriche. "Malheureusement, les gouvernements italiens de ces cinq dernières années avaient signé des accords pour que tous ces bateaux déposent leurs migrants en Italie", a-t-il ajouté. Quelque 106 migrants ont débarqué à Messine, en Sicile, dans la nuit de samedi à dimanche. Ils avaient été secourus jeudi au large de la Libye par le navire militaire irlandais, le Samuel Beckett. Plusieurs missions patrouillent en Méditerranée et M. Salvini n'a pas précisé lesquelles étaient concernées. La principale d'entre elles est l'opération Sophia de lutte contre les trafiquants d'êtres humains, lancée par l'Union européenne en 2015. Elle est placée sous commandement italien et son quartier-général est à Rome. Il y a aussi l'opération Triton lancée en 2014 par l'agence européenne de contrôle des frontières extérieures de l'UE, Frontex. Des bateaux de l'Otan participent également à cette opération. Le nouveau gouvernement italien a mis en place une politique visant à ramener à zéro le nombre de migrants arrivant sur ses côtes. Matteo Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue (extrême droite), a déjà interdit aux navires affrétés par les ONG d'entrer dans les ports italiens. L'Aquarius, de l'ONG française SOS Méditerranée, et le Lifeline, de l'ONG allemande éponyme, ont ainsi été contraints d'accoster en Espagne pour le premier et à Malte pour le second. Depuis le 1er janvier, 16.687 personnes ont débarqué sur les côtes italiennes - dont 11.000 en provenance de Libye -, soit 80% moins que l'an dernier sur la même période, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de l'Intérieur.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.