DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Wimbledon: "L'objectif c'est bien sûr de revenir l'an prochain", dit Federer

Vous lisez:

Wimbledon: "L'objectif c'est bien sûr de revenir l'an prochain", dit Federer

Wimbledon: "L'objectif c'est bien sûr de revenir l'an prochain", dit Federer
Taille du texte Aa Aa
Le tenant du titre Roger Federer compte toujours "revenir l'an prochain" à Wimbledon, a-t-il assuré mercredi après sa défaite lors des quarts de finale face au Sud-Africain Kevin Anderson. "Il a très bien joué mais je pense ne pas l'avoir assez poussé. C'est pour cela que je ne mérite pas de gagner", a expliqué le maestro suisse de 36 ans, battu en cinq sets après s'être procuré une balle de match face au 8e mondial. Q: Avez-vous été surpris qu'Anderson vous bouscule du fond du court? R: "Non je n'étais pas surpris. J'avais déjà vu Kevin très bien jouer du fond du court. Je n'étais pas particulièrement à l'aise dans ce secteur. Je ne parvenais pas à dicter le jeu dans les échanges. C'est surtout après le troisième set que cela n'a pas fonctionné. Je ne sais pas si c'est lié à la brise ou si c'est tout simplement un jour sans. Mis à part dans le premier set, je ne me sentais pas à 100%. C'était difficile de le faire bouger dans les rallyes parce qu'il frappe très fort la balle." Q: Avez-vous senti assez tôt que cela pouvait mal tourner? R: "Non. Je me sentais super bien dans le premier set. Je lisais bien son service. Il ne faisait pas beaucoup d'aces. Quand j'étais bien, je le faisais jouer. Du fond du court, je sentais que je pouvais varier le jeu, avec de l'agressivité dans les coups. Mais plus le match avançait, moins j'arrivais à le surprendre. J'avais une mauvaise impression. Ce n'est pas comme si c'était nouveau. J'avais déjà ressenti cela auparavant, lors de pas mal de matches similaires à celui-ci." Q: A quoi pensiez-vous au début du quatrième set après avoir eu une balle de match? R: "A ce moment-là je menais deux sets à un. Tout allait bien... Je ne pensais pas que j'allais perdre." Q: Vous avez bien commencé. Comment expliquez-vous la mauvaise tournure du match ensuite? R: "C'est comme ça contre les grands serveurs. On n'est jamais vraiment "safe" (en sécurité), même avec des balles de break qui peuvent faire toute la différence. Quand on ne les exploite pas, trois heures plus tard on peut se retrouver dans cette situation à se demander pourquoi on a perdu. Aujourd'hui, peut-être est-ce parce qu'il a trop bien servi ou parce que je n'ai pas sorti des coups extraordinaires dans les moments délicats. J'aurais aimé pouvoir plus le pousser à faire à son tour des trucs extraordinaires. Il a très bien joué mais je pense ne pas l'avoir assez poussé. C'est pour cela que je ne mérite pas de gagner." Q: Voulez-vous passer rapidement à autre chose? R: "Je ne sais pas où passer... Je suis plutôt déçu mais c'est normal après ces cinq dernières heures. Mais je ne pense pas que cela aide d'analyser un match face à un grand serveur comme Anderson à Wimbledon. Les matches contre des grands serveurs sont toujours particuliers ici. La défaite est-elle liée à un truc mental? Je ne le pense pas. En général, cela aide de jouer un tournoi tout de suite après une défaite comme celle-ci. Mais le plan c'était d'observer une pause et de repartir fort pour l'Amérique du Nord. C'est important de passer du temps en famille, de voir les copains en Suisse." Q: Combien de temps pensez-vous prendre pour digérer cette défaite? R: "Je n'en ai aucune idée. Cela peut me prendre du temps comme cela peut me prendre une demi-heure. L'objectif c'est bien sûr de revenir l'an prochain. Je ne considère pas cela comme un travail inachevé. Je trouve plutôt que j'ai fait du bon boulot ici ces dernières années (sourire). Donc tout va bien. Je suis simplement déçu." Propos recueillis en conférence de presse
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.