DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Attentat-suicide de l'EI à Kaboul à la sortie des bureaux, au moins sept morts

Vous lisez:

Attentat-suicide de l'EI à Kaboul à la sortie des bureaux, au moins sept morts

Attentat-suicide de l'EI à Kaboul à la sortie des bureaux, au moins sept morts
Taille du texte Aa Aa
Au moins sept personnes ont été tuées dimanche à Kaboul dans un attentat-suicide revendique par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) à l'heure de sortie des bureaux, à proximité du ministère du Développement rural où se trouvaient présents des conseillers étrangers. Cette nouvelle attaque survient le jour où l'Onu a annoncé son "pire bilan des victimes civiles en dix ans", avec plus de 1.700 Afghans tués depuis le début de l'année, principalement dans des attentats. "La cible de l'attentat est encore incertaine. Selon nos informations au moins sept personnes ont été tuées et quinze blessées dans cette attaque, il s'agit de civils et de membres des services de sécurité", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la police afghane, Shashmat Stanikazai. Selon lui, le kamikaze s'est présenté à pied et a déclenché sa veste explosive. Il aurait été empêché de s'avancer plus près par les forces de l'ordre qui l'ont payé de leur sang. Joint par l'AFP, le porte-parole du ministère, Fraidoon Azhan, a confirmé au moins "six morts, et aucun de nos employés", corrigeant ainsi ses premières informations. "Le kamikaze s'est fait exploser près du ministère, mais il y avait des forces de sécurité" qui lui ont barré le chemin. "Une voiture de conseillers étrangers garée à proximité a été partiellement endommagée, mais les étrangers eux-mêmes n'ont pas été touchés" a-t-il précisé. - Le pire bilan en dix ans - L'attentat est survenu vers 16H30 (12H00 GMT) sur une grande artère de l'ouest de Kaboul, dans le quartier de l'ancien palais royal de Darulaman. Les riverains ont affirmé sur Twitter et à l'AFP que l'explosion était de forte puissance et qu'ils entendaient de nombreuses sirènes d'ambulances. Cet attentat a été revendiquée dans un communiqué par les jihadistes de l'EI selon le SITE Intelligence Group, spécialisé dans la surveillance des sites internet islamistes. Il s'inscrit dans une longue série d'attaques visant les bâtiments gouvernementaux. Dimanche, la mission des Nations unies en Afghanistan (Manua) a publié son rapport semestriel sur les victimes civiles du conflit afghan, qui fait apparaitre un bilan record de près de 1.700 morts sur les six premiers mois de l'année. C'est le pire enregistré depuis dix ans que l'ONU a commencé à comptabiliser les victimes civiles en 2009, malgré les trois jours de cessez-le-feu en juin. La moitié de ces victimes ont été tuées dans des attentats, attribués majoritairement au groupe Etat islamique. Au total sur la période, la population a enregistré 5.122 victimes, morts et blessés confondus, précise la Manua. - Jihadistes de l'EI - La capitale, Kaboul, et la province du Nangarhar, dans l'est, ont été les plus touchées -- y compris durant le cessez-le-feu dont l'EI était exclu. Le 30 avril, un double attentat-suicide au milieu des reporters accourus pour couvrir une première explosion visant le siège des renseignements afghans dans la capitale a fait 25 morts, dont neuf journalistes. Parmi eux, le chef photographe de l'AFP Shah Marai. Dans le Nangarhar, le nombre de victimes civiles a pratiquement doublé en un an (304 morts, 607 blessés) du fait des attentats. Les jihadistes de l'EI, apparus début 2015 dans la province, frontalière du Pakistan, en ont fait sa base arrière même si les forces américaines ont accentué la pression pour le chasser de ses bastions il est toujours présent. Les talibans, qui ont observé la trêve de l'Aïd-El-Fitr avec le gouvernement du 15 au 17 juin, sont responsables de 40% des morts sur la même période, estime l'Onu. Un attentat à l'ambulance piégée revendiqué par les talibans fin janvier à Kaboul avait fait plus de 100 morts au coeur de la ville. La préparation des élections législatives d'octobre, les premières depuis 2010, occasionne des violences supplémentaires relève l'Onu: 117 personnes ont été tuées et 224 blessées dans des attentats contre les centres d'inscriptions sur les registres électoraux, ouverts le 14 avril. Dans ce conflit qui s'éternise - près de quarante ans au total, dont six-sept depuis l'arrivée des Américains en octobre 2001 - les combats terrestres n'arrivent qu'au deuxième rang des causes de mortalité et de blessures dans la population afghane, en baisse de 18% sur la période. La première cause reste les attentats-suicide et attaques complexes (attaques déclenchées par un kamikaze, suivies d'occupation des sites visés et échanges de tirs).
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.