DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Espagne: Sanchez ne publiera pas la liste des amnistiés fiscaux qui pourrait inclure Juan Carlos

Vous lisez:

Espagne: Sanchez ne publiera pas la liste des amnistiés fiscaux qui pourrait inclure Juan Carlos

Espagne: Sanchez ne publiera pas la liste des amnistiés fiscaux qui pourrait inclure Juan Carlos
Taille du texte Aa Aa
Le chef du gouvernement socialiste espagnol Pedro Sanchez a affirmé mardi qu'il ne publierait pas la liste des bénéficiaires d'une amnistie fiscale accordée en 2012 dont l'ancien roi Juan Carlos aurait profité, selon son ex-maîtresse. Le gouvernement de droite de Mariano Rajoy, à qui Pedro Sanchez a succédé à la tête du pays, avait pris cette mesure en pleine crise économique en assurant qu'elle permettrait à l'Etat de collecter de l'argent pour réduire son déficit. L'amnistie fiscale, ouverte à des particuliers et des entreprises, a été annulée en 2017 par la Cour constitutionnelle qui a accusé le gouvernement d'avoir "abdiqué" face à son obligation de garantir la juste contribution de tous au Trésor public. Mais devant les députés, Pedro Sanchez a rappelé que la décision de la Cour n'était pas rétroactive. "Il n'est pas possible de revenir sur les cas ayant bénéficié de cette amnistie" ni "de publier les noms", a-t-il déclaré. "Je n'ai aucune idée de qui sont les amnistiés", a-t-il ajouté. Depuis plusieurs jours, l'ancien roi Juan Carlos, qui a abdiqué en 2014 après plus de 38 ans de règne, est soupçonné d'en avoir bénéficié. Des médias en ligne ont publié des enregistrements de son ex-maîtresse, l'aristocrate allemande Corinna zu Sayn-Wittgenstein, où elle suggère que l'ancien roi a bénéficié de cette amnistie et qu'il aurait ouvert des comptes en Suisse au nom d'un cousin résidant à Monaco, Alvaro d'Orléans Bourbon. "Il a mis à son nom les comptes bancaires en Suisse qui ne sont pas revenus avec l'amnistie", dit-elle dans l'une de ces bandes-son. La publication des noms des bénéficiaires de l'amnistie fiscale était pourtant une promesse de Pedro Sanchez avant son arrivée début juin au gouvernement, a rappelé le parti de gauche radicale Podemos. "Les citoyens de notre pays ont le droit de savoir si le roi émérite est ou non un fraudeur", a lancé à Pedro Sanchez la députée Ione Belarra. Le chef du gouvernement, très minoritaire au Parlement et dépendant de partis comme Podemos, a néanmoins annoncé que son exécutif présenterait un projet de loi visant à interdire de futures amnisties fiscales.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.