DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Escrime: Yannick Borel s'offre le graal, Ysaora Thibus s'en approche

Vous lisez:

Escrime: Yannick Borel s'offre le graal, Ysaora Thibus s'en approche

Escrime: Yannick Borel s'offre le graal, Ysaora Thibus s'en approche
Taille du texte Aa Aa

Le ciel de Wuxi (Chine) s'est clairement teinté de bleu lundi, aux Championnats du monde d'escrime, avec le premier sacre planétaire de l'épéiste Yannick Borel, et la médaille d'argent d'Ysaora Thibus au fleuret, deux des têtes d'affiche de l'escrime française.

Sacré en juin pour la troisième fois consécutive champion d'Europe en individuel, Borel réalise un doublé jamais réalisé depuis Hugues Obry, en 1998. Obry a d'ailleurs ensuite été son entraîneur lors du sacre olympique par équipes à Rio en 2016.

A 29 ans et malgré une blessure au poignet droit qui nécessitera une opération en août, le Guadeloupéen confirme sa stature de leader, avec une fin de saison sur les chapeaux de roue.

L'épéiste a semblé confiant tout au long de la journée, éliminant le Kazakh Dmitriy Alexanin (15-5) en quarts et l'Ukrainien Roman Svichkar (15-11) en demies.

Lors de la finale contre Ruben Limardo Gascon, en or il y a six ans aux JO-2012 de Londres, Borel a survolé le match, sans laisser la moindre chance (15-4) au Vénézuélien de 32 ans.

"J'avais peur de passer à côté, j'étais face à un champion olympique. Mais il n'a pas trouvé la solution. Tout au long de la compétition, j'étais agressif, compétitif, avec tout le soutien de mon équipe", a déclaré à l'AFP le nouveau champion du monde.

"Je pense à la Guadeloupe, je veux montrer qu'on peut venir d'une petite île éloignée de la métropole et atteindre les sommets", a-t-il ajouté, admettant ne pas encore réaliser son exploit.

Le dernier Français en or aux Mondiaux, c'était Ulrich Robeiri, il y a quatre ans à Kazan (Russie).

Le "Zlatan" de l'épée était le dernier Français en lice lundi après l'élimination d'Alex Fava par la Limardo Gascon, future victime de Borel (15-8), en huitièmes. Aymeric Gally a quitté la compétition dès les 32es de finale, alors que Ronan Gustin, blessé, n'a pas tiré.

- L'argent pour Thibus -

Tenants du titre mondial par équipes, ils tenteront de rééditer l'exploit mercredi. "Je pense réellement qu'on peut le faire, je suis prêt à tout défoncer", a prévenu Borel.

Au fleuret dames, Ysaora Thibus était particulièrement scrutée. Et la réponse a été de toute beauté. Médaillée de bronze mondial l'an passé à Leipzig (Allemagne), elle a décidé de s'exiler en Californie pour s'entraîner une grande partie de la saison avec son ami l'Américain Race Imboden, sous les ordres de l'Ukrainien Serguei Golubystky.

Après une saison en retrait par rapport aux années précédentes, elle a obtenu son meilleur résultat aux Mondiaux, une médaille d'argent, en s'inclinant face à l'Italienne Alice Volpi au terme d'une finale serrée, lundi.

Et elle a mis la manière pour se hisser en finale, en accrochant à son tableau de chasse la championne olympique et du monde en titre, la Russe Inna Deriglazova (15-14) en quarts de finale, puis l'Italienne Arianna Errigo (double championne du monde 2013 et 2014) lors d'une demi-finale remportée en un éclair (15-2).

La Tunisienne Inès Boubakri, qui s'entraîne à Bourg-la-Reine, et Errigo remportent le bronze.

La Française Astrid Guyart s'était maintenue jusqu'en huitièmes, où elle a été battue par la Tunisienne Inès Boubakri (15-14). Quant à Pauline Ranvier et Anita Blaze, elles ont quitté le championnat dès le tableau des 64. Toutes quatre disputeront les épreuves par équipe mercredi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.