DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chili: menace de grève à la plus grande mine de cuivre au monde

Vous lisez:

Chili: menace de grève à la plus grande mine de cuivre au monde

Chili: menace de grève à la plus grande mine de cuivre au monde
Taille du texte Aa Aa

Les mineurs chiliens d'Escondida, plus grande mine de cuivre au monde, ont voté jeudi la grève après avoir rejeté une proposition de hausse salariale, jugée insuffisante, du groupe propriétaire anglo-australien BHP, faisant craindre une hausse des cours du métal rouge.

Quelque 84% des travailleurs affiliés au "Sindicato 1" ont approuvé l'arrêt de travail, a indiqué ce syndicat dans un communiqué. Lors de la précédente grève, de 44 jours en 2017, la production de cuivre avait chuté de 39% au premier semestre, à 327.863 tonnes.

Sur les 2.500 adhérents au syndicat, 2.330 ont participé au vote de mercredi soir, un "chiffre historique pour notre syndicat", souligne-t-il.

"Nous espérons qu'à partir de cette volonté ferme de rejeter la proposition de l'entreprise, que notre base a exprimée de manière mûre et démocratique, la direction voie la nécessité d'ouvrir des espaces pour parvenir à un accord qui reconnaisse nos droits", écrit le syndicat.

Des négociations salariales étaient en cours depuis plusieurs semaines à Escondida, site qui représente 5% de la production globale, selon certains analystes.

Les travailleurs demandent notamment une augmentation de 5% et une participation salariale sur les bénéfices enregistrés en 2017, à hauteur de 34.000 dollars par personne.

Lors des négociations de ces dernières semaines, l'entreprise a revu à la hausse son offre initiale de 13,5 à 15 millions de pesos chiliens, soit 23.000 dollars par travailleur de la mine, en plus d'un prêt sans intérêt et d'autres avantages.

Escondida est un des sites miniers les plus rentables du monde. Malgré la grève la plus longue de l'histoire des mines du pays, les bénéfices en 2017 ont été de 1,192 milliard de dollars, en hausse de 20% par rapport à l'année précédente.

- "Réalisme" -

L'activité des mines chilienne, pilier de l'économie du pays, est tirée par l’appétit de la Chine, premier importateur mondial de métal rouge. Avec un tiers de la production de la planète, le Chili reste le champion du cuivre.

Le mouvement social de plus d'un mois en 2017 avait également fait grimper le cours du métal rouge, l'offre mondiale étant fortement affectée.

L'entreprise dispose d'un délai maximum de dix jours pour demander la médiation de la direction du Travail. Faute d'accord à travers cette instance, une nouvelle grève débuterait alors.

Pour l'heure, la direction n'avait pas fait de commentaires jeudi. La semaine dernière, un des responsables du site, Patricio Vilaplana, avait affirmé: "nous ne voulons pas de grève".

De son côté, le gouvernement a appelé mercredi les mineurs à faire preuve de "réalisme".

"La grève est un recours légitime mais on espère que les problèmes puissent être résolus sans avoir recours à la grève", a déclaré le ministre des Finances, Felipe Larrain.

Par ailleurs, un autre site minier important, celui de Chuquicamata, propriété de l'entreprise publique chilienne Codelco, a été brièvement paralysé en début de semaine après que des ouvriers ont bloqué les accès au gisement situé dans le nord du Chili, exigeant la réintégration de travailleurs licenciés.

La Codelco est le principal producteur mondial de cuivre avec 11% de la production mondiale. Chuquicamata est le plus grand gisement à ciel ouvert de cuivre au monde.

La mine d'Escondida est située à 170 km au sud-est d'Antofagasta, en plein désert d'Atacama (nord du Chili), à 3.100 mètres d'altitude.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.