DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle au Mali: le président et le chef de l'opposition s'affronteront au second tour

Vous lisez:

Présidentielle au Mali: le président et le chef de l'opposition s'affronteront au second tour

Présidentielle au Mali: le président et le chef de l'opposition s'affronteront au second tour
Taille du texte Aa Aa

Le président sortant du Mali Ibrahim Boubacar Keïta est arrivé largement en tête au premier tour de la présidentielle, mais devra affronter au second tour le chef de l'opposition, Soumaïla Cissé, comme en 2013, selon les résultats annoncés jeudi soir.

Au premier tour qui s'est tenu le 29 juillet, M. Keïta, 73 ans, est arrivé en tête avec 1.333.813 voix, soit 41,42% des voix, a indiqué le ministre de l'Administration territoriale, Mohamed Ag Erlaf, lors d'une annonce à la télévision publique ORTM.

Comme il y a cinq ans, il retrouvera au second tour Soumaïla Cissé, qui a recueilli 573.111 voix, soit 17,80%, selon les résultats officiels provisoires portant sur l'ensemble des suffrages.

La participation a été de 43,06%.

L'homme d'affaires Aliou Diallo arrive en troisième position avec 7,95% des suffrages et l'ancien chef de gouvernement de transition, Cheick Modibo Diarra (avril-décembre 2012), complète le quatuor de tête avec 7,46%.

Au total, les électeurs de ce vaste pays d'Afrique de l'Ouest étaient appelés à choisir entre 24 candidats lors d'un scrutin clé pour l'ensemble du Sahel, toujours confronté à la menace jihadiste malgré cinq ans d'interventions militaires internationales.

Quelque 700 bureaux de vote sur 23.000, principalement dans le nord et le centre du pays, n'ont pas pu ouvrir dimanche en raison d'incidents violents, mais le scrutin s'est "déroulé dans le calme" sur le reste du territoire, selon la mission d'observation de l'Union européenne.

La communauté internationale, présente militairement avec la force française Barkhane, qui a pris le relais de l'opération Serval déclenchée en 2013 contre les jihadistes, et avec les Casques bleus de l'ONU, attend du vainqueur une relance de l'accord de paix signé en 2015 par le camp gouvernemental et l'ex-rébellion à dominante touareg, dont l'application accumule les retards.

Malgré cet accord, les violences jihadistes ont non seulement persisté, mais se sont propagées du nord vers le centre et le sud du Mali, puis au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.