DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Euro de natation: Metella sort la tête de l'eau à point nommé

Vous lisez:

Euro de natation: Metella sort la tête de l'eau à point nommé

Euro de natation: Metella sort la tête de l'eau à point nommé
Taille du texte Aa Aa

A la recherche de ses sensations depuis le début de l'année, Mehdy Metella sort la tête de l'eau au meilleur moment. Au point de rêver d'or européen sur 100 m, un an après son podium mondial, dimanche à Glasgow.

On aurait eu du mal à y croire il y a un mois à Chartres, quand le médaillé de bronze mondial 2017 de la distance reine, englué dans des chronos (49.56 et 49.74) loin de ceux auxquels il avait pris goût l'été dernier, était en plein doute. "J'ai du mal... C'est très dur, je n'y arrive pas. Ca ne répond plus", lâchait alors le sprinteur marseillais.

En cause notamment, près de trois mois loin des bassins fin 2017, une sérieuse blessure à la cheville droite, une forme pas complètement retrouvée depuis et une épaule qui le faisait souffrir.

Arrivé à Glasgow sans "objectif précis, ni de temps ni de place", "peut-être pas à son meilleur niveau mais frais et très motivé", Metella (26 ans) avait été invité par son entraîneur Julien Jacquier à "essayer de saisir les occasions" qui pourraient se présenter.

C'est peut-être ce qu'il est sur le point de faire.

- "Lui dire au revoir, point final !" -

Tranquille quatrième temps des séries matinales en 48 sec 62 samedi, il a accéléré en demi-finales pour en signer le deuxième chrono, en 48 sec 31, son meilleur de la saison. "Je suis très content de mon temps, a commenté le Guyanais. Je n'ai pas encore retrouvé mon niveau (de l'été dernier) mais ça commence à monter."

Seul le prometteur Italien Alessandro Miressi, 19 ans et 2,02 m, l'a devancé, en 48 sec 11.

"J'étais bien, je n'ai pas trop forcé, j'ai attendu, j'ai essayé de jouer encore avec lui (comme en séries) pour voir où il est capable d'aller. Je ne pense pas qu'il va nager plus vite que ça", a-t-il estimé.

De quoi redonner des ambitions à Metella, dans une finale où nagera une majorité de novices.

"Je vais le (Miressi) coller au maximum et après, lui dire au revoir, point final !", a-t-il lancé.

Béryl Gastaldello a eimité Metella sur 50 m dos: la nageuse de 23 ans s'est qualifiée pour la finale, en faisant progresser en prime son record de France (27.86 contre 27.97 fin mai, 5e temps).

Pour Jérémy Stravius, la quête d'or européen - qui manque au palmarès du co-champion du monde 2011 du 100 m dos - s'est évanouie. Seul Français engagé en finale samedi, sur 50 m dos, il n'a pris que la cinquième place (24.83). Il avait échoué un peu plus tôt à se qualifier pour la finale du 100 m (49.05).

Où nagera-t-il la saison prochaine ? A 30 ans, l'Amiénois, qui va se séparer de son entraîneur de longue date, Michel Chrétien, en partance pour l'Insep, n'a pas encore arrêté de choix sur la structure qui l'accompagnera jusqu'aux JO-2020.

- Peaty rugit -

Deux records du monde - les premiers de la semaine - ont électrisé la deuxième journée de compétition dans le bassin écossais.

Lion tatoué sur le bras gauche, Adam Peaty a rugi une fois de plus: le Britannique de 23 ans a amélioré le record du monde du 100 m brasse pour la quatrième fois de sa carrière. 57 sec pile. Une performance majuscule qui a valu au champion olympique et double champion du monde en titre de la distance une standing ovation du public, qui a ensuite chantonné le "God save the Queen" joué en son honneur.

Lui s'est déjà offert un record du monde alors qu'il vient juste de fêter ses 18 ans : le Russe Kliment Kolesnikov a bouclé la finale du 50 m dos en 24 sec 00 pour en déposséder le Britannique Liam Tancock (24.04 en 2009, à l'époque des combinaisons).

Principal visage féminin du plateau, la fusée suédoise Sarah Sjöström (24 ans) s'est elle parée d'or deux fois en l'espace d'une heure. La première sur 100 m papillon (57.13), dix ans après sa toute première couronne continentale. La seconde sur 50 m (23.74), pour la première fois, en devançant la championne olympique en titre, la Danoise Pernille Blume (23.75), pour un centième. Voilà désormais Sjöström à la tête d'une collection de douze médailles d'or européennes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.