DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trump se moque du basketteur LeBron James après ses accusations sur le racisme

Vous lisez:

Trump se moque du basketteur LeBron James après ses accusations sur le racisme

LeBron James durant le NBA All-Star Game à Los Angeles le 18 février 2018
@ Copyright :
Robyn Beck
Taille du texte Aa Aa

Le président américain Donald Trump s'est contenté d'un tweet moqueur pour répondre aux propos de la star du basket LeBron James qui l'avait accusé de nourrir les divisions raciales aux Etats-Unis.

Sans évoquer le débat, Donald Trump s'est contenté de s'en prendre aux personnalités.

"Lebron James a été interviewé par l'homme le plus stupide de la télévision, (le présentateur de CNN) Don Lemon. Il a réussi à faire apparaître Lebron comme quelqu'un d'intelligent, ce qui n'est pas facile à faire", a-t-il tweeté.

Dans une interview à CNN réalisée mardi mais diffusée vendredi soir, la nouvelle star des Los Angeles Lakers avait accusé le président d'utiliser le sport pour "diviser" les Américains en fonction de leur couleur de peau, après la polémique sur les joueurs de football américain qui mettent genou à terre pendant l'hymne national.

"Je pense que notre président essaye de diviser", a expliqué le nouveau joueur des Lakers lors d'une interview sur CNN.

"C'est quelque chose que je ne peux pas comprendre, parce que je sais que c'est grâce au sport que j'ai côtoyé quelqu'un de blanc pour la première fois", a ajouté le joueur de 33 ans, natif d'Akron, ville ouvrière de l'Ohio, dans le nord du pays.

Donald Trump n'a de cesse de critiquer depuis près d'un an les joueurs de football américain, majoritairement noirs, qui s'agenouillent pendant l'hymne national pour protester contre les violences policières. En mai, le milliardaire républicain avait même estimé que ces joueurs ne "devraient peut-être pas être dans le pays".

LeBron James, le joueur le plus médiatisé de la NBA, est un farouche adversaire du président Trump.

Interrogé sur ce qu'il lui dirait s'il venait à s'asseoir en face de lui, James a répondu: "Je ne serais jamais assis en face de lui".

"Je m'assiérais en face de Barack par contre", a-t-il ajouté, en référence à l'ancien président démocrate Obama, dont il a soutenu les campagnes en 2008 et 2012.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.