DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vingt morts dans l'accident d'un avion militaire de collection suisse

Vous lisez:

Vingt morts dans l'accident d'un avion militaire de collection suisse

Un trimoteur Junkers JU52 à Hambourg, le 22 août 2015
© Copyright :
DANIEL BOCKWOLDT
Taille du texte Aa Aa

Les vingt personnes se trouvant à bord de l'avion militaire de collection suisse qui s'est écrasé samedi après-midi contre une montagne sont décédées, a annoncé dimanche la police cantonale des Grisons (est).

"La police a la triste certitude que les 20 occupants ont péri", a déclaré une porte-parole, Anita Senti, lors d'une conférence de presse organisée à Flims, au pied du Piz Segnas, une montagne qui culmine à quelque 3.000 mètres.

L'avion, un trimoteur Junkers JU52 HB-HOT, construit en 1939 en Allemagne, appartenait à la compagnie JU-Air, fondée en 1982 par des amis de l'armée de l'air.

Au moment de l'accident, l'avion était à sa capacité maximum de 17 passagers et trois membres d'équipage: 11 hommes et 9 femmes, parmi lesquels un couple autrichien et leur fils, a indiqué la police.

L'appareil s'est écrasé contre le versant ouest du Piz Segnas, à une altitude de 2.540 mètres, dans le canton des Grisons (est).

Cinq hélicoptères participent aux secours depuis samedi.

"Il n'y a plus aucun espoir de retrouver quelqu'un en vie", a toutefois déclaré Andreas Tobler, chef de la police cantonale des Grisons.

Une enquête a été ouverte par le Ministère public de la Confédération, en collaboration avec le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE), le Ministère public des Grisons et la police cantonale, pour établir les causes du drame.

Daniel Knech, du SESE, a indiqué que l'équipage n'a pas eu le temps de lancer un signal de détresse, mais il a démenti que la chaleur soit la cause de la catastrophe.

Kurt Waldmeier, président-directeur de la compagnie JU-Air, a affirmé devant les médias que l'appareil ne souffrait d'aucun problème technique et avait subi une inspection de maintenance en juillet.

Selon les médias helvétiques, les passagers revenaient d'un voyage touristique à Locarno, ville de villégiature dans le sud de la Suisse, au bord du Lac Majeur, où ils étaient arrivés vendredi matin.

Ils devaient regagner l'aéroport militaire de Dübendorf, près de Zürich (nord), un peu avant 17h00 samedi.

Selon un témoin qui se trouvait dans un refuge de montagne au moment de l'accident, cité par le journal 20 Minutes, "l'avion a fait un virage de 180 degrés vers le sud et est tombé comme une pierre vers le sol".

Il a ajouté que les débris étaient éparpillés sur "une zone très réduite", ce qui écarte l'hypothèse d'une explosion.

Ce genre d'avion de collection n'est pas équipé de boîte noire et l'enquête va donc devoir s'appuyer sur les témoignages et l'analyse des débris.

Le Junkers JU52 (surnommé Tante Ju en allemand, Iron Annie par les Anglais), était un avion de transport en tôle ondulée fabriqué par la firme allemande Junkers à partir des années 1930 et jusque dans les années 50. Il a été utilisé par de nombreuses compagnies aériennes, mais aussi comme avion de transport militaire et comme bombardier pendant la Seconde Guerre mondiale.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.