DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Séisme en Indonésie: des sandales devant une mosquée font craindre de nouvelles victimes

Vous lisez:

Séisme en Indonésie: des sandales devant une mosquée font craindre de nouvelles victimes

Séisme en Indonésie: des sandales devant une mosquée font craindre de nouvelles victimes
Taille du texte Aa Aa

Un survivant pleurant de soulagement a été retiré des décombres d'une mosquée d'un village de Lombok mais les secouristes redoublent d'efforts alors que des dizaines de sandales restent éparpillées mardi devant l'entrée de l'édifice, deux jours après un séisme qui a tué au moins 105 Indonésiens.

Dimanche, un nombre inconnu de musulmans participaient à la prière du soir dans la mosquée Jabal Nur du village de Lading-Lading quand le séisme de magnitude 6,9 a frappé l'île volcanique, secouant le bâtiment.

Des fidèles ont décrit des scènes de chaos au moment où la terre a tremblé. Les murs de la mosquée se sont littéralement effondrés et le minaret vert s'est plié en chutant au sol. Certains ont réussi à sortir en courant avant l'effondrement, d'autres non.

"Nous étions en train de prier, et soudain, une secousse extrêmement violente s'est produite", raconte à l'AFP l'un de ceux qui ont pu s'échapper, Tara.

"J'ai immédiatement attrapé mon petit-fils de trois ans, tout le monde se précipitait vers la sortie", ajoute-t-il.

Jusqu'à 50 personnes pourraient avoir été dans la mosquée au moment du séisme dévastateur, estime Kelana, un autre fidèle.

"Notre imam a couru, d'autres ont donc suivi", raconte cet homme à l'AFP.

Depuis, des policiers, militaires et volontaires travaillent sans relâche pour dégager les débris du bâtiment, avec l'aide d'excavateurs.

- Villages fantômes -

Leurs efforts ont été brièvement récompensés lundi après-midi. Des vidéos en ligne publiées par des membres des équipes de secours montrent un homme retiré vivant de la mosquée réduite à un amas de morceaux de béton et de barres métalliques.

L'homme pleure de soulagement au moment où un secouriste lui dit: "vous êtes en sécurité monsieur, vous êtes en sécurité".

Mais les secouristes ont aussi retiré trois corps ensevelis sous des tonnes de débris et s'attendent à en découvrir d'autres.

"Nous pensons qu'il y a davantage de victimes car nous avons trouvé beaucoup de sandales devant la mosquée", a déclaré à des journalistes un porte-parole de l'Agence de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho.

Certains fidèles pourraient avoir fui les lieux en y abandonnant leurs sandales. Les musulmans se déchaussent avant d'entrer dans un lieu saint.

Dans d'autres parties de Lombok, une île touristique très endommagée par ce nouveau séisme, le second en l'espace d'une semaine, des communes se sont virtuellement transformées en villages fantômes. Des habitants dorment à la belle étoile, assez loin de leurs habitations, par crainte de répliques qui suivent régulièrement un tremblement de terre de cette magnitude et peuvent entraîner de nouveaux dégâts.

Des images tournées dans le district de Tanjung, proche de l'épicentre dans le nord de l'île, montrent des rues désertes, à l'exception de quelques habitants et motocyclettes passant dans une rue poussiéreuse.

Au total, plus de 20.000 personnes seraient sans domicile sur l'île de Lombok et 236 ont été sérieusement blessées, selon les autorités, qui s'attendent à ce que le bilan des personnes tuées continue d'augmenter.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.