DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Aquarius de nouveau en quête d'un port

Vous lisez:

L'Aquarius de nouveau en quête d'un port

L'Aquarius de nouveau en quête d'un port
© Copyright :
REUTERS/Guglielmo Mangiapane
Taille du texte Aa Aa

Avec à son bord 141 réfugiés, l'Aquarius est de nouveau en quête d'un port d'accueil.

Vendredi dernier, le navire de sauvetage, affrété par SOS Méditerranée et géré en partenariat avec Médecins sans frontières (MSF), a recueilli des dizaines de rescapés au large des côtes libyennes. Il n'a pour le moment reçu aucune confirmation de son lieu de débarquement.

Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, a précisé samedi que l'Aquarius "ne verrait jamais un port italien".

Interrogée par nos confrères de Franceinfo, Sophie Beau, directrice générale de SOS Méditerranée, regrette une situation d'impasse inacceptable : "On appelle l'ensemble des pays européens à prendre leurs responsabilités".

L'Aquarius est désormais l’un des deux derniers navires humanitaires de recherche et sauvetage présents en Méditerranée centrale. Sous la pression de l'Italie et de Malte, qui suit le même cap, la plupart des bateaux humanitaires ne patrouillent tout simplement plus dans cette zone et les autres bateaux semblent de plus en plus dissuadés de venir en aide aux migrants.

"De nombreux bateaux, de nombreux navires marchands ont été coincés en mer durant des jours et des jours, dans l'attente d'un port pouvant les accueillir. On est en train de décourager les capitaines à faire leur devoir. Aujourd'hui, on remarque que les bateaux modifient leurs trajets pour ne plus porter secours aux personnes en détresse", déplore Aloys Vimard, coordinateur de projet chez Médecins sans frontières (MSF).

"Si j'avais su, je ne serai pas parti"

Symbole de la discorde européenne à propos de l'accueil des réfugiés, le navire avait dû passer neuf jours en mer en juin dernier, avant de pouvoir enfin débarquer en Espagne.

"Pour être tout à fait sincère, si j'avais su que ça allait se passer comme ça - et je vous dis ça du fond du cœur - je ne serai pas parti", témoigne Austeen, réfugié nigérian interrogé sur l'Aquarius.

Selon Amnesty International, environ 720 réfugiés ont perdu la vie en mer ces deux derniers mois, période durant laquelle les navires des ONG étaient pour la plupart absents du secteur.

SOS Méditerranée estime de son côté que plus de 15 000 personnes sont mortes noyées en Méditerranée depuis quatre ans. Sous la pression de l’Italie et de Malte, la plupart des navires humanitaires ne patrouillent plus au large des côtes libyennes. Plus de 650 000 migrants sont arrivés sur les côtes italiennes depuis 2014.