Une invasion russe imminente en Ukraine ? Kiev s'inquiète de "signaux très dangereux" à sa frontière

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy entouré de soldats dans la région séparatiste de Donetsk,  le 14 octobre dernier
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy entouré de soldats dans la région séparatiste de Donetsk, le 14 octobre dernier   -   Tous droits réservés  AP/Ukrainian Presidential Press Office

L'Ukraine s'inquiète de "signaux très dangereux" envoyés par la Russie qui aurait massé à la frontière plus de 90 000 soldats.

90 000 soldats russes massés à la frontière

Le chef du renseignement militaire ukrainien va même jusqu'à anticiper une offensive sur Marioupol en janvier ou février par voie terrestre, maritime et aérienne.

Le président Volodymyr Zelensky a tenu à rassurer la population ukrainienne : "Nous avons un contrôle total de nos frontières et sommes pleinement préparés à toute escalade", a assuré le chef de l’État ukrainien qui a également évoqué des informations faisant état d'un possible coup d’État contre sa personne.

Nous avons un contrôle total de nos frontières et sommes pleinement préparés à toute escalade.
Volodymyr Zelensky
Président ukrainien

L'Otan met Moscou en garde

Sept ans après l'invasion de la Crimée par les troupes russes, l'armée ukrainienne semble aujourd'hui mieux équipée grâce notamment au matériel militaire fourni ces dernières années par les États-Unis : des munitions ou encore des dispositifs de missiles anti-char.

Kiev peut compter aussi sur le soutien indéfectible de l’Otan. Le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, a mis Moscou en garde :

"Nous suivons de très près la situation à la frontière ukrainienne, nous recueillons des informations, nous les partageons et nous envoyons aussi un message clair à la Russie : elle doit procéder à une désescalade, réduire les tensions, faire preuve de transparence. (...) Si la Russie utilise la force contre l'Ukraine, cela aura des conséquences, des coûts."

Si la Russie utilise la force contre l'Ukraine, cela aura des conséquences, des coûts.
Jens Stoltenberg
Secrétaire général de l'Otan

La Russie de son côté dément toute velléité d'ingérence en Ukraine et accuse en retour l'Otan et les Occidentaux d'aggraver les tensions en menant des manœuvres militaires près de sa frontière.

En avril dernier, Kiev avait déjà craint une invasion de son territoire. Après plusieurs semaines de tensions, Moscou avait finalement retiré ses troupes de la frontière.