En Italie et en Turquie : des rassemblements pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles

Access to the comments Discussion
Par Camille Pauvarel  & Euronews
A Rome, des milliers de manifestantes ont agité des clés pour dénoncer les violences souvent opérées au sein du foyer.
A Rome, des milliers de manifestantes ont agité des clés pour dénoncer les violences souvent opérées au sein du foyer.   -   Tous droits réservés  Gregorio Borgia/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.

Des milliers de femmes se sont réunies à Rome et à Istanbul les 26 et 27 novembre afin de manifester contre les violences faites au femmes. Ces rassemblements s'inscrivent dans le cadre de 16 jours d'activisme à travers le monde contre les violences sexistes et sexuelles.

En Italie, dénoncer "la politique hostile aux femmes"

La branche italienne du mouvement "Pas une de moins" aussi présente en Amérique latine, a dénoncé ce qu'elle considère comme une politique institutionnelle hostile aux femmes, à la communauté LGBTQIA+ ainsi qu'aux personnes vulnérables à la crise économique et sanitaire dans le pays.

Dans le cortège, Carlotta Cossutta, membre du mouvement "Pas une de moins" a souligné que "toutes les 72 heures" une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint.

"89 femmes signalent chaque jour des crimes liés à la violence sexiste, du harcèlement, au partage de données privées en ligne, en passant par les coups et toute une série de harcèlements au travail ou à la maison." a t-elle ajouté.

En Turquie, l'inquiétude face aux chiffres alarmants de féminicides

Lors de la manifestation à Istanbul vendredi 26 novembre, la police a tiré du gaz lacrymogène sur le cortège afin de disperser les participants.

La foule protestait contre le retrait de la Turquie de la Convention d'Istanbul cette année. Ce traité international entré en vigueur en 2014, vise à protéger les femmes. Les manifestants mettaient aussi en garde contre la nette augmentation des violences envers les femmes dans le pays.

Selon, la plateforme "We will stop Femicide", en octobre, 18 femmes ont été tuées par des hommes et 19 autres ont été retrouvées mortes dans des conditions suspectes. D'après cette même plateforme, à ce jour, en 2021, 345 femmes ont été tuées tandis qu'en 2020 on en dénombre 409.