Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Olaf Scholz, le tout nouveau chancelier allemand attendu à Paris

Access to the comments Discussion
Par euronews
Le nouveau chancelier allemand, Olaf Scholz, le premier ministre de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Hendrik Wuest, et le maire de Berlin, Michael Mueller, Berlin, 9 décembre 2021
Le nouveau chancelier allemand, Olaf Scholz, le premier ministre de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Hendrik Wuest, et le maire de Berlin, Michael Mueller, Berlin, 9 décembre 2021   -   Tous droits réservés  MICHAEL KAPPELER/AFP   -  

Premier déplacement international pour le tout nouveau chancelier allemand : Olaf Scholz est attendu ce vendredi à Paris.
Venir en France pour la 1ère visite à l'extérieur, c'est une tradition depuis le "Jamais rien sans la France" du chancelier Helmut Schmidt dans les années 70 et la naissance de ce qu'on appelle depuis, le couple franco-allemand, moteur de l'Union européenne.

Cette rencontre avec son homologue français Emmanuel Macron, qui prendra la présidence de l'union européenne au 1er janvier 2022, est destinée à montrer la continuité et la stabilité européenne dans le contexte difficile de la crise sanitaire.

Lors des sommets franco-allemands précédents, Angela Merkel faisait office de point d'ancrage et symbolisait cette continuité dans la relation entre les deux pays.
Cette fois-ci, c'est au président français Emmanuel Macron d'endosser le rôle de "senior".

Dans cette optique, le chef de l'Etat français aura besoin de tout le soutien du nouveau chancelier allemand pour mener à bien l'agenda ambitieux présenté la veille pour les six mois de la présidence française de l'UE.

En amont de cette rencontre au sommet entre Emmanuel Macron et Olaf Scholz, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalenea Baerbock a déjà été reçue par son homologue français Jean-Yves Le Drian.

Rassurante sur la poursuite de la collaboration franco-allemande, elle a déclaré que l'Allemagne n'avait "pas d'ami plus proche que la France" et qu'"une Europe forte a besoin d'impulsions franco-allemandes fortes".

La cheffe de la diplomatie allemande est aussi allée à Bruxelles où elle s'est entretenue avec le Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères, Josep Borrell.

Elle s'est engagée à adopter une position plus ferme à l'égard des États autoritaires tels que la Russie et la Chine.