Cet article n'est pas disponible depuis votre région

"2022 est l'année où nous pouvons mettre fin à la pandémie de Covid-19" (OMS)

Access to the comments Discussion
Par euronews
Vaccination d'un enfant contre le Covid-19
Vaccination d'un enfant contre le Covid-19   -   Tous droits réservés  Andrew Medichini/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved   -  

Avec le soutien de l'armée et de milliers de volontaires, le Royaume-Uni s'efforce d'accélérer sa campagne de rappel vaccinal contre le Covid-19. Il faut dire que les chiffres sont dans le rouge. Ce mercredi, plus de 78 000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures, du jamais vu depuis le début de la pandémie. Le Premier ministre Boris Johnson a mis en garde face au "raz-de-marée" Omicron.

"Si vous avez plus de 18 ans et que vous avez eu votre deuxième injection il y a au moins trois mois, alors vous pouvez vous faire vacciner dés maintenant, et c'est absolument vital car la vague d'Omicron continue à déferler sur le pays, avec plus de 78 000 cas recensés aujourd'hui, un plus haut jamais enregistré", a-t-il alerté.

Redoubler de prudence

Pour les fêtes de fin d'année, l'OMS appelle à redoubler de prudence. Pour autant, la responsable technique de la lutte anti-Covid à l'Organisation Mondiale de la Santé se veut optimiste pour l'an prochain.

"2022 est l'année où nous pouvons mettre fin à la pandémie de COVID-19. Nous disposons aujourd'hui d'outils qui peuvent éliminer le spectre grave de la maladie. Nous pouvons réduire la morbidité, les hospitalisations, les cas graves, les personnes nécessitant des soins intensifs et le nombre de morts. Nous pouvons également réduire la propagation", a souligné Maria Van Kerkhove, responsable technique de la lutte contre cette pandémie au sein de l'OMS.

Vaccination des moins de 12 ans

Plusieurs pays européens ont en outre débuté la vaccination des moins de 12 ans, une tranche d'âge particulièrement exposée. C'est le cas de l'Espagne, de la Grèce ou de la Hongrie.

Le sujet reste néanmoins très sensible dans l'opinion. A Zagreb, en Croatie, des centaines de personnes ont manifesté leur opposition à cette mesure.