Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Suite à la décision de justice, le gouvernement belge renonce à la fermeture des lieux culturels

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Archives : Répétition de l'Orchestre symphonique d'Anvers dans la salle Reine Elisabeth - Belgique, le 01/07/2020
Archives : Répétition de l'Orchestre symphonique d'Anvers dans la salle Reine Elisabeth - Belgique, le 01/07/2020   -   Tous droits réservés  AP   -  

Suite à une décision de justice, le gouvernement belge a fait marche arrière ce mercredi en rouvrant les salles de spectacle et de cinéma.
Elles avaient été fermées la semaine dernière pour lutter contre le variant Omicron. Mais cette décision avait suscité la fronde des milieux artistiques.

Le gouvernement avait décidé le 22 décembre la fermeture des théâtres, salles de spectacle et cinémas, pour au moins deux semaines à compter du 26 décembre, provoquant la rébellion d'une partie du secteur qui avait décidé de braver l'interdit et de maintenir ces lieux ouverts.

La marche arrière du gouvernement était attendue après la décision mardi du Conseil d'Etat, saisi en urgence, qui a suspendu cette fermeture.

Pour la plus haute juridiction administrative, les autorités n'ont pas démontré "en quoi les salles de spectacle relevant du secteur culturel seraient des lieux particulièrement dangereux pour la santé et la vie des personnes en tant qu'ils favoriseraient la propagation du coronavirus, au point qu'il soit nécessaire d'en ordonner la fermeture".

Saisi par le producteur d'un spectacle humoristique à Auderghem, en banlieue de Bruxelles, le Conseil d'Etat ne s'était prononcé que sur les salles de théâtre et de spectacle, pas sur les cinémas.

Le gouvernement les a inclus, ainsi que le secteur événementiel, dans sa décision mercredi. En pratique, la Belgique revient aux règles arrêtées le 3 décembre : uniquement des places assises, port du masque obligatoire, pass sanitaire à partir de 50 personnes et un maximum de 200 spectateurs.

"Une décision injuste"

Avant même cette décision, Kinepolis, le plus gros exploitant de cinémas du pays, avait annoncé reprendre ses projections mercredi, tandis que son rival UGC prévoyait de rouvrir ses salles jeudi.

"Nous estimions que c’était une décision injuste, nous sommes donc très heureux qu'elle soit rectifiée. D'un autre côté, ces derniers jours ont été de véritables montagnes russes pour nous. Ce n’est pas comme si vous pouviez simplement rallumer les lumières et ouvrir les portes, tout cela demande une certaine préparation", a commenté Anneleen Van Troos, porte-parole de Kinepolis Group.

Plusieurs milliers de personnes avaient manifesté dimanche à Bruxelles pour réclamer le retrait d'une mesure jugée d'autant plus discriminatoire que, dans le même temps, les restaurants et les cafés restaient ouverts.