This content is not available in your region

Open d'Australie : Djokovic, ira ? Ira pas?

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Une photo de Novak Djokovic lors d'une manifestation de soutien au champion à Belgrade (Serbie), le 8 janvier 2022
Une photo de Novak Djokovic lors d'une manifestation de soutien au champion à Belgrade (Serbie), le 8 janvier 2022   -   Tous droits réservés  Darko Vojinovic/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Le N.1 du tennis mondial, Novak Djokovic, se préparait dimanche à défendre ses chances de jouer l’Open d’Australie en arguant lundi devant la justice qu’il était dispensé de vaccination et pouvait entrer dans le pays après avoir contracté le Covid-19 en décembre.

L’audience en ligne devant le tribunal fédéral est prévue à 10h heure locale (23h GMT). L'incertitude règne quant à la participation à l'audience de Novak Djokovic, toujours dans son centre de rétention.

Personne à l'exception du personnel n'est autorisé à entrer ou à sortir de l'établissement, situé dans un ancien hôtel, où sont également détenus 32 migrants, pris dans le système d'immigration australien, certains depuis des années.

Une poignée de manifestants se sont rassemblés dimanche matin en bas du centre de rétention, où des centaines de supporters, de manifestants anti-vaccination et de militants pour les droits des migrants s'étaient déjà regroupés la veille dans une ambiance festive.

Test positif

"La date du premier test PCR positif a été enregistrée le 16 décembre 2021", ce qui permettrait au n°1 mondial d'être exempté de la vaccination imposée par l'Australie, ont affirmé samedi les avocats du Serbe, 34 ans, dans un document déposé auprès du tribunal fédéral.

Djokovic a cependant assisté à deux événements publics à Belgrade, le jour et le lendemain de ce test positif en décembre, selon différentes publications sur les réseaux sociaux: une cérémonie en l'honneur de jeunes joueurs serbes le 17 décembre – sans masque – et la présentation d'un timbre hommage à son effigie la veille.

Tennis Australia lui a accordé une exemption pour participer au tournoi, après que sa demande a été approuvée par deux panels médicaux indépendants, ont souligné ses avocats.

Mais à son arrivée en Australie, dans la nuit de mercredi à jeudi, les autorités lui avaient refusé l'entrée, estimant que ses motifs d'exemption ne remplissaient pas les strictes conditions d'entrée sur le territoire imposées contre le Covid-19.

Règles sanitaires australiennes

Le gouvernement australien insiste sur le fait qu'une récente infection par le virus Covid-19 ne compte comme une exemption pour les seuls résidents, et non pour les ressortissants étrangers qui tentent d'entrer dans le pays.

Les étrangers sont toujours interdits de voyage en Australie, et ceux qui sont autorisés à entrer doivent être complètement vaccinés ou avoir une exemption médicale.

Pour Djokovic, le temps presse, huit jours avant l'Open d'Australie (17-30 janvier), qu'il a remporté neuf fois et où il ambitionne de s'offrir un 21e tournoi du Grand Chelem, ce qui le placerait au sommet de l'histoire du tennis, devant ses deux rivaux historiques, Roger Federer et Rafael Nadal.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a défendu la révocation du visa de Djokovic. "Les règles sont les règles", a-t-il déclaré.