Cet article n'est pas disponible depuis votre région

La Corée du Nord dit avoir testé un nouveau missile hypersonique

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Cette photo fournie par le gouvernement nord-coréen montre ce qui est présenté comme étant un essai de missile hypersonique le 11 janvier 2022.
Cette photo fournie par le gouvernement nord-coréen montre ce qui est présenté comme étant un essai de missile hypersonique le 11 janvier 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : 朝鮮通信社 (AP)   -  

Le leader nord-coréen Kim Jong Un a personnellement supervisé l'essai réussi d'un missile hypersonique, ont affirmé mercredi les médias d'Etat, avant d'appeler son pays à renforcer l'arsenal stratégique militaire de son pays.

Des photos publiés par des médias officiels montrent le dirigeant, équipé de jumelles et entouré d'hommes en uniforme militaire, en train d'observer ce tir de missile, le second en moins d'une semaine.

Les missiles hypersoniques font partie des "premières priorités" du plan quinquennal de la Corée du Nord, avaient annoncé l'an dernier les médias d'État.

A l'issue de ce tir, le dirigeant a exhorté son pays à "accélérer ses efforts pour renforcer progressivement son arsenal stratégique militaire autant en qualité qu'en quantité et à poursuivre la modernisation de son armée", selon l'agence de presse officielle KCNA.

Cet essai a eu lieu au moment où le Conseil de sécurité des Nations unies se réunissait à propos de l'essai, la semaine dernière, de ce que Pyongyang a présenté comme un missile hypersonique.

Le département d'Etat américain a condamné le tir de mardi, affirmant qu'il constitue une "menace pour la communauté internationale".

Il s'agit du troisième lancement par Pyongyang d'un missile hypersonique à vol plané, après celui de septembre 2021 et celui de la semaine dernière, alors que le pays cherche à ajouter cette arme sophistiquée à son arsenal.

Les missiles hypersoniques atteignent généralement Mach 5, soit cinq fois la vitesse du son, voire plus.

Ils sont plus rapides et plus maniables que les missiles standard, ce qui le rend plus difficiles à intercepter pour les systèmes de défense, pour lesquels les États-Unis dépensent des milliards de dollars.