Kharkiv : la deuxième ville d'Ukraine s'inquiète d'une éventuelle invasion russe

Access to the comments Discussion
Par Kate Baklitskaya  avec AFP
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'un déplacement à Berlin, lundi 12 juillet 2021.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'un déplacement à Berlin, lundi 12 juillet 2021.   -   Tous droits réservés  Photo : Stefanie Loos/Pool Photo via AP

A Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, les habitants tentent de garder espoir malgré l'incertitude et les craintes d'une éventuelle invasion russe, un projet que Moscou dément.

"N'importe qui se sentirait mal à l'aise avec des troupes étrangères massées à sa frontière. Nous sommes bien sûr inquiets mais nous savons que l'Ukraine a construit son armée depuis 2014 et nous comptons sur elle", témoigne un habitant de cette ville industrielle située à 40 km de la frontière russe.

La semaine dernière, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que la Russie pourrait attaquer les territoires ukrainiens, et en particulier Kharkiv, sous prétexte de "protéger" la population russophone.

Kiev et Moscou sont à couteaux tirés depuis l'annexion par la Russie en 2014 de la péninsule ukrainienne de Crimée, suivie d'une guerre dans l'Est de l'Ukraine avec des séparatistes prorusses (plus de 13 000 morts) dont le Kremlin est considéré, malgré ses dénégations, comme un parrain militaire.

Les habitants de Kharkiv se tiennent prêts à toute éventualité. L'un d'eux raconte : "Nous avons pris quelques dispositions en cas d'invasion. Nous avons un sac prêt avec quelques affaires, nos papiers d'identité, de l'argent, nos cartes bancaires... on aura plus qu'à les prendre et à monter dans la voiture si jamais."

Le maire de Kharkiv a pour sa part déclaré qu'il ne permettrait pas à la Russie de prendre la ville. Il affirme que les forces de défense sont prêtes à repousser fermement toute invasion.