Présidentielle en Italie : 6 tours de scrutin, et toujours aucun élu

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
L'urne servant pour l'élection présidentielle italienne - Rome (Italie), le 28/01/2022
L'urne servant pour l'élection présidentielle italienne - Rome (Italie), le 28/01/2022   -   Tous droits réservés  Filippo Monteforte/Pool via AP

L'Italie est toujours dans l'attente d'un nouveau président de la république. Six tours de scrutin ont été organisés depuis lundi, et aucune personnalité n'a obtenue la majorité.

En Italie, six tours de scrutin, et toujours aucun élu au poste de président de la république.

Le vote mobilise les membres des deux chambres du Parlement ainsi que quelques représentants régionaux.

Et aucun consensus ne se dégage autour d'un nom pour remplacer Sergio Mattarella, l'actuel président, pourtant populaire, mais qui persiste à ne pas briguer un deuxième mandat.

A deux reprises, ce vendredi, les grands électeurs ont voté, mais entre les bulletins blancs et l'abstention, aucune personnalité pressentie n'a obtenue la majorité requise.

Un premier scrutin s'est tenu dans la matinée, le 5ème depuis le début de la semaine, sans débloquer la situation : aucun vainqueur potentiel n'a émergé, de nombreux "grands électeurs" optant pour l'abstention. Pour les mêmes raisons, le tour suivant, ouvert à 17H00 locales (16H00 GMT), n'a rien donné.

Bien que tous les partis politiques représentés au parlement, à l'exception du parti d'extrême droite Fratelli d'Italia, fassent partie de la coalition soutenant le gouvernement du Premier ministre Mario Draghi, la droite, la gauche et le Mouvement 5 Etoiles ne parviennent pas à trouver un consensus.

Au 5ème tour, les partis de droite (la Ligue, Forza Italia de Silvio Berlusconi et Fratelli d'Italia) avaient mis en avant la candidature de l'actuelle présidente du Sénat, Elisabetta Casellati, une fidèle du magnat et ancien chef de gouvernement Silvio Berlusconi, tandis que la gauche et les 5 Etoiles avaient opté pour l'abstention.

Mais cette catholique de 75 ans anti-avortement n'a finalement obtenu que 382 voix sur les 453 qu'elle aurait dû théoriquement obtenir dans son propre camp.

Juste avant le tour de scrutin suivant, la droite a annoncé à son tour qu'elle s'abstiendrait, en représailles au précédent boycott de la gauche. 

Deux nouveaux tours sont programmés pour samedi.

D'après la correspondante d'euronews à Rome, Giorgia Orlandi, "l__es chefs de partis se sont réunis pour s'entendre sur un nom", ce qui ouvrirait la voie à une majorité. "Maintenant, ajoute-t-elle, on ne sait pas s'il s'agira de Mario Draghi ou de quelqu'un d'autre..."