Cet article n'est pas disponible depuis votre région

France : trois nouveaux réacteurs nucléaires mis à l'arrêt en raison de soupçons de corrosion

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
La centrale de Cattenom (France), en octobre 2017
La centrale de Cattenom (France), en octobre 2017   -   Tous droits réservés  JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN/AFP or licensors

EDF a annoncé l'arrêt prochain de trois réacteurs nucléaires supplémentaires pour des "contrôles" à la suite des problèmes de corrosion sur des systèmes de sécurité rencontrés sur d'autres unités.

Les réacteurs de Chinon 3, Cattenom 3 et Bugey 4 seront arrêtés au cours des prochains mois, selon des données publiées sur le site d'EDF. "On va les arrêter pour effectuer des contrôles", a expliqué un porte-parole.

Cela s'ajoute aux quatre réacteurs déjà mis à l'arrêt fin 2021 pour le même type de problème sur les 56 que compte la France.

Trois autres réacteurs vont également faire l'objet de contrôles mais pendant des arrêts qui étaient déjà programmés. 

Flamanville 2 ne sera pas remis en route avant cinq semaines minimum et deux autres installations(Penly 1 et Chooz 1) ne fonctionneront pas avant le 31 octobre et le 31 décembre.

EDF avait abaissé lundi soir sa prévision de production nucléaire en France cette année "dans le cadre de son programme de contrôles sur le parc nucléaire", à la suite des problèmes de corrosion sur le système de sécurité identifiés pour certains réacteurs.

La prévision a été ramenée à 295–315 térawattheures (TWh), contre 300–330 TWh précédemment. EDF, qui visait initialement un production de 330 à 360 TWh, avait déjà revu en baisse sa prévision le 13 janvier.

Ces problèmes risquent d'accroître la tension sur l'approvisionnement électrique de la France cet hiver, déjà compliqué par un calendrier de maintenance chargé et perturbé par la pandémie de Covid-19. 

La France est très dépendante du nucléaire. Il représente 70% de sa production d'électricité. 

"Il n’y a pas de risque de black-out en France parce que nous avons mis en place un certain nombre de mécanismes pour éviter cela", a assuré mardi la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili sur France Info.