Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Pédocriminalité dans l'Eglise : l'Espagne donne son feu vert à une commission d'enquête

Access to the comments Discussion
Par  Jaime Velázquez
Miguel Hurtado se bat contre l'impunité depuis qu'il a révélé avoir été victime d'abus dans un monastère du nord-est de l'Espagne.
Miguel Hurtado se bat contre l'impunité depuis qu'il a révélé avoir été victime d'abus dans un monastère du nord-est de l'Espagne.   -   Tous droits réservés  Photo : Manu Fernandez (Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.)   -  

Le gouvernement espagnol a donné son feu vert cette semaine à la mise en place d'une commission d'experts en vue d'enquêter sur les violences sexuelles commises sur des mineurs au sein de l'Eglise catholique.

"Un événement sans précédent"

L'Eglise catholique s'est de son côté toujours refusé à enquêter sur le sujet.

"Il s'agit d'un événement sans précédent, déclare Lucía Muñoz, députée d'Unidad PodemosC'est aussi quelque chose que nous devons faire en tant que démocratie. C'est une dette historique que nous avons envers les victimes. Nous devons garantir qu'un ensemble de politiques publiques soit mis en place pour que cela ne se reproduise plus jamais", poursuit la députée dont le parti soutient la mise en place de cette commission.

Le gouvernement espagnol n'a pas encore décidé du mécanisme final à donner à cette enquête mais elle fera très probablement intervenir un comité d'experts indépendants dirigé par le Défenseur du peuple.

Les accusations d'abus sexuels commis au sein de l'Église catholique espagnole ne sont pas nouvelles. Miguel Hurtado a été l'une des premières victimes à se manifester en Espagne. Il explique le déclic qui s'est produit aujourd'hui dans la société espagnole et qui permet à une commission d'enquête de voir le jour :

"Il y a eu un changement dans les normes sociales et dans leur perception. Ces situations connues de tous et tolérées auparavant ne sont plus acceptées aujourd'hui. Nous voyons que nous devons faire quelque chose. C'est comme si le nombre de victimes à s'être manifestées avait augmenté au point de faire déborder le barrage. Comme si la société avait avancé sans possibilité de faire machine arrière."

Miguel Hurtado espère que l'enquête servira également à purger l'église catholique des responsables présumés qui aurait participer à dissimuler les abus commis.

"C'est une dette historique que nous avons envers les victimes. Nous devons garantir qu'un ensemble de politiques publiques soit mis en place pour que cela ne se reproduise plus jamais"
Lucía Muñoz
Députée d'Unidad Podemos

Les autorités catholiques espagnoles ont déclaré qu'elles ne feraient aucun commentaire tant que la commission ne serait pas formée. 

Elles affirment qu'elles ont déjà mis en place des mécanismes pour traiter le problème au sein de leurs propres paroisses. Certains évêques se seraient notamment plaints en disant que l'enquête viserait délibérément l'institution et que les abus sur les enfants seraient un problème plus large qui concernerait l'ensemble de la société espagnole.