Vaccins, investissements... l'Europe et l'Afrique renouvellent leur partenariat

Access to the comments Discussion
Par Yolaine De Kerchove Dexaerde
Vaccins, investissements... l'Europe et l'Afrique renouvellent leur partenariat
Tous droits réservés  JOHN THYS/AFP or licensors   -  

Les bases d'un partenariat renouvelé entre l'Europe et l'Afrique ont été posées, c'est le principal message que les dirigeants des deux continents ont transmis lors de ce sommet très attendu qui s'est tenu ces 17 et 18 février 2022 à Bruxelles.

"Souvent, on ne nous écoutait pas. On nous donnait juste des recettes, des solutions. Je constate un changement de paradigme fondamental dans la relation, construite sur l'amitié, la considération, l'écoute mutuelle et la recherche de solutions communes, la co-construction de solutions", a déclaré à Euronews Macky Sall, président du Sénégal et président de l'Union africaine.

Mais il reste des questions en suspens comme le refus de l'Europe de renoncer aux droits de propriété intellectuelle pour le vaccin contre le Covid.

La propriété intellectuelle est un levier puissant pour promouvoir l'innovation et la recherche. Et elle est censée protéger cette dimension.
Charles Michel
président du Conseil européen

Les dirigeants africains et européens ont accepté de continuer à discuter pour tenter de trouver des solutions. Ils se reverrons en avril pour résoudre la question.

Pour Macky Sall, président du Sénégal et président de l'Union africaine,"ce n'est pas du tout un échec. Dès qu'il y a deux positions opposées, on essaie de trouver un compromis".

Des vaccins ARNm produits en Afrique

Ce compromis commence par l'annonce que six pays africains recevront la technologie nécessaire pour produire des vaccins à ARN messager.

Toujours dans le domaine économique, la Commission européenne a proposé à l'Afrique 150 millions d'euros pour des investissements dans des projets d'infrastructure axés sur l'énergie verte et l'interconnexion des transports.

Bruxelles dément qu'il s'agit d'équilibrer l'influence chinoise et russe sur le continent. "La volonté de l'UE n'est pas de contrer l'influence de quelqu'un. C'est de développer un projet positif", assureCharles Michel, président du Conseil européen.

Pas moins de 70 délégations étaient présentes à Bruxelles pour le sommet. Quatre absents étaient toutefois à déplorer après les récents coups d'état : le Mali, le Burkina Fasso, le Soudan et la Guinée.

Journaliste • Ana LAZARO