Présidentielle française : Fabien Roussel, le renouveau du Parti communiste français

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
Fabien Roussel à Marseille, le 6 février 2022
Fabien Roussel à Marseille, le 6 février 2022   -   Tous droits réservés  Daniel Cole/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

En France, Fabien Roussel marque le retour du Parti communiste français à l'élection présidentielle.

Fabien Roussel rajeunit un parti centenaire

Le PCF avait été absent en tant que parti pour les deux derniers scrutins, en 2017 et en 2012, lors desquels les militants avaient soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

Pour 2022, ils ont placé leurs espoirs en ce député du Nord de 52 ans, qui entend incarner le renouveau d'un parti centenaire.

Ses priorités pour les Français : le pouvoir d'achat, la jeunesse et la justice sociale. Il propose notamment la mise en place d'un revenu pour tous les étudiants ou encore une taxe sur les jets privés pour permettre aux enfants issus de milieux défavorisés de partir en vacances.

Rétablir l'ISF et tripler son montant

Cible traditionnel du Parti communiste, les Français les plus riches, qu'il souhaite faire payer davantage via l'ISF, l'impôt de solidarité sur la fortune :

"Oui, nous rétablirons l'ISF et on le triplera même. Oui, on rétablira la justice fiscale en rendant l'impôt plus juste, plus progressif, plus léger pour les petits et plus lourd pour les plus gros. Avec nous, les petits paieront petit et les gros paieront gros. Finis les cadeaux aux Gafa, Google et consorts. Terminé. Ils paieront !"

Avec nous, les petits paieront petit et les gros paieront gros
Fabien Roussel
Candidat du ¨Parti communiste français à l'élection présidentielle

Sur les défis climatiques, Fabien Roussel veut décarboner le pays en misant sur le nucléaire et les énergies renouvelables.

Enfin sur les questions internationales, il a qualifié "d’extrêmement grave et dangereuse" la reconnaissance de l’indépendance des Républiques séparatistes ukrainiennes par Moscou.

Soupçons d'emploi fictif

Mais à un mois et demi du premier tour de l'élection présidentielle, des soupçons d'emploi fictif viennent de faire de l’ombre à sa campagne.

Fabien Roussel est en effet accusé par Mediapart d'avoir occupé un poste "fantôme" d'assistant parlementaire entre 2009 et 2014. Des accusations qu'il dément et qui visent, selon lui, à freiner son ascension. Les sondages lui accordent près de 5% d'intentions de vote.