Russie : la Douma approuve l'accord de Poutine avec les séparatistes prorusses d'Ukraine

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Archives : session de la douma d'Etat à Moscou, le 15 février 2022
Archives : session de la douma d'Etat à Moscou, le 15 février 2022   -   Tous droits réservés  AFP via service de presse de la douma

Les députés russes réunis en session plénière à la Douma d'Etat, la chambre basse de l'Assemblée de Russie, ont approuvé ce mardi au pas de course l'accord signé par Vladimir Poutine prévoyant que la Russie défende les territoires séparatistes d'Ukraine dont il a reconnu l'indépendance la veille.

"La décision de ratifier les traités est le seul moyen de protéger les personnes, de mettre fin à la guerre fratricide, d'empêcher une catastrophe humanitaire et d'apporter la paix", Viatcheslav Volodine, président de la Douma,

"_La reconnaissance de l'indépendance des républiques populaires de Donetsk et Lougansk et la ratification des accords d'amitié, de coopération et d'entraide doivent mettre fin au conflit, à la mort de nos concitoyens vivant là-ba_s", a dit dans un communiqué le président de la Douma, Viatcheslav Volodine.

Les députés ont approuvé les deux textes à l'unanimité des votants, soit 400 "oui" dans un cas et 399 dans l'autre, un député n'ayant pas appuyé sur le bouton à temps.

Les textes doivent passer encore ce mardi devant la chambre haute, le Conseil de la fédération.

Ces accords d'entraide avec ces deux entités séparatistes qui, avec le soutien de la Russie, combattent les forces armées ukrainiennes depuis huit ans, sont valables une décennie.

Ils organisent la coopération dans les domaines de la défense, comme du secteur économique et financier avec Moscou.

Selon les textes publiés sur un site de la Douma, la chambre basse du parlement russe, ceux-ci prévoient que les parties vont assurer leur défense, partager des bases militaires et protéger leurs frontières en commun.

Les accords créent "le fondement juridique pour la présence" dans ces territoires "des unités militaires russes nécessaires au maintien de la paix dans la région et assurer une sécurité durable des parties", selon une note explicative accompagnant ces textes.

Ces documents "fixent les obligations des parties pour assurer une assistance mutuelle si l'une des parties est la cible d'une attaque", et "prévoient la protection en commun" des frontières.

L'Ukraine envisage la rupture des relations diplomatiques avec la Russie

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait annoncé ce mardi envisager la rupture des relations diplomatiques avec la Russie, l'accusant de préparer la poursuite de son "agression militaire contre l'Ukraine".

"J'ai reçu une requête du ministère des Affaires étrangères d'examiner la question de la rupture des relations diplomatiques entre l'Ukraine et la Russie", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse avec son homologue estonien. "Je vais examiner cette question toute de suite, après notre conférence de presse".

Pour le Kremlin, une rupture des relations avec la Russie par Kiev aggraverait la situation. En outre Moscou a réaffirmé ce mardi être "ouverte" à la diplomatie avec l'Occident.

La Syrie "soutient" la décision russe

Dans la matinée, ce mardi, le ministère russe des Affaires étrangères avait appelé les "autres Etats à suivre son exemple" et à reconnaître l'indépendance des républiques séparatistes de l'est de l'Ukraine.

"La reconnaissance des républiques populaires de Donetsk et Lougansk (est) nécessaire et la seule décision possible" dans les conditions actuelles, a déclaré le ministère dans un communiqué, au lendemain de la reconnaissance de l'indépendance de ces territoires par Valdimir Poutine.

Pour l'heure, seule Damas a indiqué "soutenir" la décision russe. La Syrie "coopérera" avec les républiques de Donetsk et Lougansk, selon le ministre des Affaires étrangères Fayçal al-Meqdad cité par l'agence officielle SANA. "Ce que l'Occident fait actuellement contre la Russie est similaire à ce qu'il a fait contre la Syrie durant la guerre terroriste".